Affaire BLA : Le procès est suspendu.

Par Brandy MAMBOUNDOU / 05 mai 2021 / 0 commentaire(s)
En attendant l'arrêt de la cour d'appel saisie par ses avocats, Brice Laccruche Alihanga reste ne prison.

Alors que l'ancien directeur de cabinet du président de la République Brice Laccruche Alihanga (BLA) devait être jugé ce 4 mai, son procès en correctionnel est désormais suspendu à un arrêt de la cour d’appel judiciaire, saisie par ses avocats.

En détention préventive depuis dix-sept mois pour détournement de fonds publics et blanchiment de capitaux en bande organisée, BLA devait initialement être jugé le 29 avril, maintenant pour « obtention frauduleuse de documents administratifs ». Le procès a été renvoyé une première fois au 3 mai, les avocats de la défense ayant dénoncé « des irrégularités » et exigé la communication des pièces du dossier.

Le 3 mai, ils ont estimé que le dossier était irrecevable et remis en cause la compétence du tribunal correctionnel à connaître de l'affaire. Les avocats de BLA ont par ailleurs exigé la comparution des magistrats ayant délivré les documents que l’ancien directeur de cabinet du président de la République aurait obtenus de manière frauduleuse.

Mais le tribunal n’a pas accédé aux demandes des avocats. Il a plutôt renvoyé le procès au 4 mai. Cette décision n’a pas eu l’heur de plaire aux conseils de BLA, qui ont interjeté appel. L’audience du 4 mai ne s’est plus tenue en raison de cet appel.

Me Anges Kévin Nzigou, un des avocats de la défense, explique : « Le tribunal n’a pas tenu d'audience au motif que avons fait appel des décisions qu'ils ont rendues. Nous disons que les seules personnes qui peuvent justifier de la raison pour laquelle elles ont donné le document en question, c’est-à-dire le certificat de nationalité, ce sont les présidents des tribunaux de ces différentes juridictions, c’est-à-dire de Franceville. Elles sont les témoins privilégiés qui doivent nous expliquer dans quelles conditions elles ont donné le document. »

En attendant donc l’arrêt de la cour d’appel. Ce qui est de nature à prolonger le séjour de BLA à la prison centrale de Libreville, où sontégalement détenus Tony Ondo Mba et Justin Ndoundangoye, deux
des anciens ministres poursuivis aussi pour détournement de fonds publics et blanchiment de capitaux en bande organisée. D’autres anciens ministres ont été mis en liberté provisoire.

 

Brandy MAMBOUNDOU

Article du 5 mai 2021 - 4:21pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !