Burkina-Faso : La transition donne un mois aux forces françaises pour quitter le pays

Par Brandy MAMBOUNDOU / 23 jan 2023 / 0 commentaire(s)

 

Le gouvernement burkinabè a dénoncé, mercredi dernier, l’accord qui régit depuis 2018 la présence des Forces armées françaises sur son territoire. A rapporté samedi 21 janvier 2023 l’agence d’information du Burkina Faso (AIB, officielle) citant des sources proches du dossier.

Depuis le dernier coup d’Etat au Burkina-Faso, qui a déposé le président Marc Christian Rock Kaboré en janvier 2022, dont les tombeurs ont été leur tour chassés du pouvoir quelques huit mois après, les relations entre Paris et Ouagadougou se sont fortement détériorées. Entre les drapeaux de Russie élevées en signe d’appel du pied et les critiques acerbes à l’encontre de la France, plus rien ne semble aller l’ancienne puissance coloniale et l’ancienne Haute-Volta. En effet, après avoir interdit Radio France internationale d’émettre sur son sol, cette fois-ci, le pouvoir de Ouagadougou a demandé le départ des forces armées françaises basées sur le territoire burkinabè. « Cette décision du gouvernement burkinabè intervient alors que les manifestations pour réclamer le départ de l’armée française sur le sol burkinabè sont fréquentes », souligne l’AIB.

Vendredi 20 janvier, des milliers de manifestants sont sortis dans les rues de Ouagadougou pour exiger le départ de l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade et des forces françaises stationnées dans le camp de Kamboinsin, au nord-est de la capitale.

Pour rappel, depuis l’arrivée du terrorisme en Afrique, la France et d’autres pays disent s’unir pour vaincre ce fléau. Sauf que, jusqu’ici, les massacres et autres événements malheureux ne cessent de se produire, endeuillant de nombreuses familles, avec pour conséquence des milliers de déplacés.

Vichanie Glaiche Ornela Mamboundou

Article du 23 janvier 2023 - 8:16pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !