Crise dans les Régies financières : le rocher de Sisyphe

Par Brandy MAMBOUNDOU / 12 oct 2021 / 0 commentaire(s)
Sylvain Ombindha Talheywa III, Porte-parole de la FECOREFI.

La crise dans les Régies financières de notre pays est, en tout point, la matérialisation du mythe de Sisyphe. Ce fait mythologique qui nous rapporte que « Sisyphe, pour avoir trompé les dieux, a été condamné à pousser jusqu’au sommet d’une colline un lourd rocher. Cependant, une fois au sommet, Sisyphe n’avait pas assez de place pour y bloquer son rocher qui redescendait aussitôt, l’obligeant à la remonter encore… »

En effet, il nous plaît de penser que, comme Sisyphe, le Gouvernement de la République est tout aise des crises interminables dans les Régies financières qui, et pourtant, plombent sérieusement la collecte des ressources budgétaires en compromettant la mise en œuvre des politiques publiques. Ce constat est une évidence, au regard de la trajectoire donnée par ce Gouvernement quant à la gestion, somme toute, cavalière des Régies financières.

Aujourd’hui, plus que jamais, le feu qui couvait sous les cendres se ravive et de la plus forte de manière. L’apparente accalmie observée depuis quelques mois fond comme peau de chagrin, et l’histoire donne entièrement raison à la puissante Fédération des collecteurs des régies financières (FECOREFI).

Cette fédération est restée constante et a toujours privilégié la préservation des équilibres. Au lancement de leur grève générale le 13 juillet de l’année dernière, qui a lourdement impacté sur les recettes budgétaires, la FECOREFI dénonçait déjà le silence méprisant du Gouvernement qui rechigne, jusqu’à présent, à trouver des solutions pérennes aux maux qui minent ce secteur hautement stratégique pour nos finances publiques. L’isolationnisme qui caractérise le Gouvernement l’a conduit à proposer et à faire signer au président de la République, chef de l’Etat deux décrets censés sacraliser la gestion et le paiement de la prime aux agents des Régies financières et administrations assimilées.

Gestion scabreuse des mamelles de l’Etat

Là encore, la Fédération des collecteurs des régies financières a dénoncé certaines dispositions qui, à son sens, portaient les germes de leur propre destruction et, par conséquent, annihileraient les efforts et la vision du chef de l’Etat à vouloir régler définitivement le problème des Régies financières. Mais c’était sans compter avec la volonté de certains membres du Gouvernement pour qui cette gestion scabreuse des mamelles de l’Etat ferait leurs affaires. Rien ne peut expliquer qu’après avoir démontré que l’Etat paye plus qu’il n’en faut à cause d’un fichier toxique des retraités, des doublons, des homonymies, des décédés et, bien sûr, des fantômes, le Gouvernement ne puisse se saisir de ces graves anomalies pour nettoyer ce fichier. Cette opération de nettoyage du fichier aurait permis à l’Etat de réaliser d’énormes économies. Au contraire, nous avons assisté à des recrutements massifs, au mépris des instructions des plus hautes autorités gelant tout recrutement et ce, depuis 2017.

En faisant signer au chef de l’Etat ces deux décrets, le Gouvernement a délibérément omis d’indiquer le caractère illégal de ceux-ci par rapport au Statut général de la Fonction publique, d’autant plus que les entités entendues comme « Régies financières » ne constituent pas une seule personne morale. Assujettir donc la prime à l’atteinte des objectifs budgétaires devient, dans ce cas, démagogique, dans la mesure où ne disposant pas de statut particulier, les collecteurs ne peuvent faire l’objet d’une réglementation particulière en dehors du Statut général de la Fonction publique.

En écartant systématiquement les partenaires sociaux de toutes réflexions avant la conception de ces fameux décrets, le Gouvernement s’est fourvoyé en induisant la signature du chef de l’Etat en erreur, car tous les paramètres d’appréciation de la fameuse performance n’ont pas été pris en compte.

Rafistoler des dispositions inopérantes et inadaptées

Pris au vif et sous la dictature de l’urgence, le Gouvernement a cru bon de rafistoler des dispositions inopérantes et inadaptées à la réalité de notre écosystème économique.

Qu’est-ce qui empêche concrètement les plus hautes autorités de la République à se saisir de ce problème, afin d’y apporter des solutions définitives et pérennes ? La Fédération des collecteurs des régies financières a, maintes fois interpellé, Madame le Premier ministre, chef du Gouvernement, afin de lui apporter notre réflexion sur la situation et les pistes de solutions à explorer, si tant est que la volonté d’accalmie soit réellement partagée. Nos démarches sont restées lettre morte, elle n’a même pas daigné nous écouter.

Comment voulez-vous prendre de bonnes décisions en écoutant qu’un seul son de cloche, celui de vos ministres qui sont, quelquefois, à l’origine de ces dysfonctionnements, et non écouter également les partenaires sociaux qui, eux aussi, ont leurs parts de vérité et de vision parfois bien plus larges ?

Nous réitérons ici et maintenant, les partenaires sociaux ne sont ni des politiques appartenant à l’opposition, encore moins vos adversaires. Le Gouvernement gagnerait à débarrasser leur perception de partenariat des oripeaux, qui tronque son action en le privant d’avis contraire pouvant contribuer à l’amélioration de nos cadres de vie. L’inclusion est un vain mot pour la classe dirigeante, qui pense détenir la science infuse et le pouvoir divin.

La pertinence de la performance dans nos administrations

Tout le débat est là et n’ayons pas peur de le dire : ils ont délibérément trompé le président de la République, chef de l’Etat. Sans remettre en question la pertinence de la performance dans nos administrations, pourquoi l’exiger aux uns et non à tous ? Depuis la mise en place du Nouveau système de rémunération en 2015, les enseignants, enseignants-chercheurs et, sauf erreur de ma part, le personnel de santé, ont vu leurs primes (PIFE, PIRE etc…) introduite dans leurs salaires sans que la République ne les traite d’enfants gâtés. Peut-on nous dire quels sont les critères d’évaluation de leur performance ?

Les parlementaires, ceux des corps constitués et bien d’autres bénéficient des primes, bien que vous leur donniez une dénomination différente, quelle est leur performance ?

Sur un plan purement technique, de quels objectifs parle-t-on ? Objectifs budgétaires ou Objectifs en trésorerie ? Quelles sont les conditions de travail de ces agents collecteurs ? Quels sont les moyens mis à disposition pour atteindre lesdits objectifs ?

Qu’est-ce-qui explique cette crise persistante dans les Régies financières, tel le rocher de Sisyphe ?

Le Gouvernement, censé trouver des solutions concrètes aux maux qui minent les Régies financières, s’ingénie à vouloir appliquer des solutions superficielles à des problèmes profonds sur fond de mépris, d’entourloupe, d’opacité dans leur gestion, de trafic d’influence et de corruption.

L’occasion nous est donnée d’interpeller le Premier ministre, chef du Gouvernement, Madame Rose Christiane Ossouka Raponda sur l’impérieuse nécessité d’écouter les partenaires sociaux et d’ouvrir rapidement le dialogue inclusif, afin que des solutions soient trouvées.

Cette situation est fortement préjudiciable pour nos finances publiques

L’indifférence du Gouvernement face à cette situation est fortement préjudiciable pour nos finances publiques car, loin de favoriser une optimisation de la collecte des deniers publics, la démobilisation et la démotivation des agents conduiront inexorablement ces derniers à multiplier les comportements déviants au détriment des caisses de l’Etat.

Le choix de l’endettement public au lieu du renforcement des capacités opérationnelles des administrations collectrices ne se justifie nullement, au regard des potentialités de notre tissu économique. Contre l’élargissement de l’assiette fiscale, la maîtrise du secteur informel, la lutte contre l’évasion fiscale, la maîtrise des dépenses fiscales et bien d’autres chantiers à fort impact financier, le Gouvernement préfère miser sur un endettement massif.

C’est dans cet environnement que la Fédération des collecteurs des régies financières a décidé de mener son combat en faveur de la corporation des collecteurs. Tout en gardant notre liberté de ton et d’action, nous avons fait le choix du dialogue, bien que cela nous vaille des insinuations surréalistes d’être corrompus, nous voulons rappeler à tous et à chacun ici, qu’il ne devrait exister aucun camp, ni celui des gouvernants, encore moins celui des gouvernés. Il n’y a qu’un seul camp, celui du Gabon et de son administration. Raison pour laquelle nous avons privilégié le dialogue que le débrayage systématique.

NOUS DEVONS NOUS ASSEOIR ET TROUVER DES SOLUTIONS ENSEMBLE. L’accalmie du climat social et la remobilisation des agents des Régies financières sont à ce prix. Le silence et l’indifférence, jusqu’à ce jour manifestés par le Gouvernement et son chef à l’égard des partenaires sociaux ne peut qu’assurer le prochain débrayage des collecteurs et ce, jusqu’à satisfaction totale de nos revendications. L’imminente assemblée générale qu’organisera la Fecorefi livrera sa part de vérité, et décidera en conséquence.

Président exécutif du SPI, secrétaire général et Porte-Parole de la Fecorefi

Sylvain Ombindha Talheywa III

 

 

Article du 12 octobre 2021 - 2:13pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !