Décès de Gaston Mba Ondo : « Il était le poumon du journal et l'ami de tous les jours »

Par Brandy MAMBOUNDOU / 23 nov 2021 / 0 commentaire(s)
Vedettes à l'écran et amis de tous les jours : Jacques Litona Loumbi avec Gaston Mba Ondo.

Ainsi témoignage, dans le texte ci-après, Jacques Litona Loumbi, journaliste et l’un de ses nombreux compagnons de route. Le défunt, retraité, était un militant et cadre de l’Union nationale au moment de son décès très tôt vendredi dernier. Lecture

« On nous appelait la bande des quatre : William Oyonne, Pépin Mongockodji, Jacques Litona Loumbi et Gaston Mba Ondo. Lui, il était l'essence même du contenu des journaux que nous présentions sur les antennes de la RTG, chaîne unique à l'époque. Gaston incarnait le flair, le coup d'œil, le savoir-faire dans la collecte de l'information. Il apportait à l'information de presse sa richesse et sa diversité. Intelligible dans la présentation qu'on en donne. Cette détermination qui nous habitait tous a failli coûter la vie à notre camarade en 1977.

En effet, pour mettre notre public au courant des nouvelles de l'Afrique et du monde, il fallait aller chercher les dépêches dans la salle des télex située dans le bâtiment de La Poste au bord de mer. Et sur ce parcours, notre ami qui circulait à bord de son véhicule personnel avait été percuté de plein fouet par un camion au carrefour de La Peyrie. Sur le coup, il perdit connaissance. Il survivra par chance, pour notre grand bonheur !

Dans notre complicité hors micro, on se surnommait Gastino, Willy, Pépino et Jaco. La bamboula des quatre vedettes de la télé se prolongeait plus qu’on ne l'imaginait dans des chambrettes où les petites lycéennes avaient gribouillé sur les murs, à la craie, des mots d'amour sur nous sans nous avoir connus.

Les ennuis de santé de Gaston qui nécessitaient un lourd traitement du sang l'avaient conduit à des séjours à l'hôpital depuis longtemps. Dès le début de la maladie, j'étais passé le réconforter et soutenir Christine son épouse et amour d'enfance.

Je garde de Gaston le souvenir d'une amitié indissoluble. Et celui d'un professionnel à cheval sur les principes de notre métier. Ensemble, nous avons aboli la diffusion du générique du journal à la radio qui reprenait le célèbre refrain "Bongo l'a dit dans son Petit Livre Vert". Au journal télévisé, nous avons supprimé La Concorde des arrivées et départs d'Omar à l'aéroport de Libreville. Les discours ministériels à l'occasion de la journée internationale de... quoi quoi quoi étaient relégués loin du grand journal. Et notre ministre Zacharie Myboto, en dépit de son intransigeance, a eu maintes fois affaire à des journalistes insoumis.

C'est tout ce que je peux dire. Va en paix Gastino, et passe le bonjour à Willy. Pépino et Jaco ne vous oublieront jamais. À nous revoir mon frère ! »

Jacques Litona Loumbi

Article du 23 novembre 2021 - 5:53pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !