Enseignement supérieur : Le Professeur Mathurin Ovono Ébè représente le Gabon au Maroc à la création d’une Chaire des Littératures Africaines

Par Nicolas NDONG ESSONO / 07 avr 2022 / 0 commentaire(s)
Le Professeur Mathurin Ovono Ébè avec le professeur Abdeljalil Lahjomri, Secrétaire perpétuel de l'académie du Royaume du Maroc.

Les 26 et 27 mars 2022, plusieurs enseignements chercheurs ont pris part à la création d’une Chaire des Littératures Africaines au Royaume du Maroc plus précisément à la prestigieuse Académie du Royaume chérifien.

Il faut dire depuis des lunes, Rabat est considéré comme la plaque tournante de la promotion de la culture africaine en Afrique. Dans ce grand rendez-vous, le Gabon, pour sa part, a été représenté par le professeur Mathurin Ovono Ébè, enseignant-chercheur et responsable du Centre de Recherches Afro-Hispaniques (CRAHI) à l’Université Omar Bongo.

La création de cette prestigieuse Chaire, consacrée aussi bien à l’enseignement qu’à la promotion et l’exposition des lettres et des arts africains, est l’affirmation du Royaume chérifien comme leader dans la promotion de la culture africaine. Cette ville est justement le siège de l’Académie du Royaume du Maroc.

Lors de sa communication, le professeur Mathurin Ovono Ébè est revenu sur Eyi Ncogo Moan Ndong, considéré comme sacré en Guinée Equatoriale  en raison de ses cinq publications sur le Mvet, mais ne jouissant pas,de cette sacralité au niveau de la critique. Le Mvët est un art qui codifie l’existence humaine en pays fang (Cameroun, Congo Brazzaville, Centre Afrique, Gabon, Guinée Équatoriale et Sao Tomé et Principe). C’est l’une des expressions artistiques fang les plus importantes et concerne les Béti-Bulu-Fang.

Il se conserve grâce à l’intense activité de « Bebom Mvët » dans tout le pays fang et évoque la perpétuelle opposition entre la descendance Ekang Nna, les immortels d’Engong dans le Sud et les mortels du Nord habitant un vaste pays appelé Okui ». L’immortalité est au centre de cette opposition. Les immortels d’Engong la gardent jalousement. Ils sont jalousés, justement, par les mortels d’Okui qui veulent la leur ravir. Selon Eyi Ncogo Moan Ndong (1997), les immortels seraient les premiers hommes créés par Dieu et qui sont l’extrapolation mythique du peuple Fang. Le Mvët est un long récit qui, à l’origine, ne se déclame qu’en langue fang et essentiellement dans l’Aba’a, le corps-de-garde.

Mais, désormais, il est possible de lire le Mvët guinéo-équatorien en français depuis 2019, notamment grâce à Mathurin Ovono Ébè qui a réalisé une traduction de Akoma ante el tribunal de Dios sous le titre Akoma Mba devant le tribunal de Dieu. L’aventure d’Eyeghe Obame. C’est donc fort de ce qui précède que les participants ont clairement inscrit la coopération universitaire pour les mobilités enseignantes et étudiantes.

Elzo Mvoula

Article du 7 avril 2022 - 1:11pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !