Féfé Onanga et le défi d’attirer plus de monde pour Ali Bongo : un parfum d’escroquerie politique à Port-Gentil

Par Nicolas NDONG ESSONO / 01 mar 2022 / 0 commentaire(s)
Féfé Onanga sait qu'il prêche dans le désert.

Autrefois très virulent opposant au chef de l’Etat actuel en faveur de Jean Ping, cet originaire de l’Ogooué-Maritime dit réunir davantage de monde pour faire gagner le successeur et héritier d’Omar Bongo pour 2023. Objectivement, ces propos – ramenés à la réalité locale - sonnent comme un rêve de chien tant que les problèmes collectifs ne sont pas réglés.

Personne ne saurait reprocher à Féfé Onanga quoi que ce soit. Il a pour lui le bagou et la détermination de tous ceux qui n’ont rien à perdre. Il a pour lui la hargne de vivre dans un environnement où la survie est en partage. Il a pour lui « l’excès », signe de tous ceux qui sont dépourvus de convictions…alors, alors dès qu’il ne trouve pas, et c’est humain, une satisfaction là, il bondit là-bas avant de revenir ici et tutti quanti.

Aussi, la semaine dernière, l’ancien et nouveau membre du PDG, au cours d’une manifestation politique à Port-Gentil, y est allé de son antienne « Chers frères, vous pouvez compter sur ma détermination et mon dévouement pour faire gagner le Distingué camarade Ali Bongo Ondimba en 2023 à Port-Gentil qui est le Gabon en miniature. Nous ne partons pas au PDG pour diviser mais pour renforcer ce qu’il y a déjà. Aidez-nous à vous aider. Si vous intégrez tous les rangs du PDG, le tour est joué. Car un accent particulier sera mis sur nous ».

Ces propos, au demeurant très dangereux même pour Ali Bongo, montrent à quel point son auteur est complètement perdu. En l’espèce, et à suivre sa pensée, pour développer Port-Gentil l’époux de Sylvia Bongo doit attendre que tous les Portgentillais soient Pdgistes pour développer la capitale économique ? En raisonnant donc par absurde, le Gabon est dans la situation désastreuse dans laquelle il se trouve parce qu’il manquerait les militants au parti au pouvoir.

Plus loin, Féfé Onanga, pour détailler sa pensée, assène : « nous venons pour nous agripper, pour que nous partagions tous les mêmes idéologies de développement et de changement. Eux là-bas ne peuvent que jurer sur Port-Gentil parce que la ville est désormais au PDG. Et je sais qu’ils vont agir favorablement pour la ville. Il faudrait donc que nous ayons une constance dans ce que nous voulons ». De mieux en mieux !

Du coup, face à ces propos, Kevin Moukadi - brièvement devenu populaire dans une sombre affaire de prise d’otage lors des locales de 2018 au moment où il assurait les fonctions de coordonnateur RHM du 4e arrondissement de Port-Gentil et candidat à la mairie d'arrondissement – a réagi sur les réseaux sociaux. « Nous comprenons, répond-il à Féfé Onanga, ta frustration et tes problèmes pécuniaires qui se traduisent aujourd'hui par ton retour au PDG. Nous te disons merci pour tes années d'opposition qui apparemment étaient tenues par des motivations personnelles et non pour Port-Gentil et encore moins pour le Gabon. Aujourd'hui, tu t'engages à faire gagner Ali Bongo, nous nous engageons à faire gagner notre idéologie d'alternance ».

A la vérité, si Féfé Onanga croit être un leader derrière lequel une foule de partisans qui se compteraient par milliers, il se leurre, s’il pense être la solution pour Ali Bongo à Port-Gentil, il fait dans l’escroquerie politique. La faiblesse de l’offre politique est le seul problème du chef de l’Etat actuel. Si le successeur et héritier d’Omar Bongo développe le pays, libère la parole, promeut une gouvernance vertueuse, alors il y aura une forte adhésion à son action. Si ce n’est pas le cas, ce sera l’éternel recommencement : soupçons de fraude, contestations, massacres et achats des opposants alimentaires comme Féfé Onanga.

Brandy Mamboundou

Article du 1 mars 2022 - 10:45am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !