Fête du travail : La Conasysed promet de maintenir la pression sur le gouvernement.

Par Brandy MAMBOUNDOU / 03 mai 2021 / 0 commentaire(s)
La Conasysed va maintenir la pression sur le gouvernement.

A l’occasion de la Fête du travail, dans un message aux membres de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), en l’absence de manifestations pour cause de Covid- 19, le délégué national administratif adjoint, Joël Nziengui, a appelé au maintien de la pression sur le gouvernement, pour de meilleures conditions de travail.

 

« Vu le mépris du gouvernement face aux revendications des travailleurs, je vous exhorte à maintenir la pression jusqu'à satisfaction totale de notre cahier de charges », a écrit le délégué national administratif adjoint. Joël Nziengui rappelle qu’un cahier de revendications est toujours pendant au ministère de l’Education nationale.

Le délégué national administratif adjoint en a profité pour revenir sur quelques principes fondamentaux : « Alors que nous célébrons aujourd'hui le travail, dans un contexte de précarité accentuée par l'avènement du Covid-19, pour son dévouement, sa contribution à la construction, au développement et à l'épanouissement de la société, je voudrais rappeler aux enseignants membres de la Conasysed que le bonheur s'obtient au prix du travail et de la lutte. » Il invite les membres de la Conasysed à plus de solidarité.

Outre de meilleures conditions de travail, à savoir l’augmentation des capacités d’accueil, pour mettre un terme aux effectifs pléthoriques, et la fourniture du matériel didactique en quantité suffisante, les enseignants revendiquent de meilleures conditions de vie. Certains d’entre eux exercent depuis des années sans être intégrés à la fonction publique, donc sans bénéficier d’un traitement conséquent. D’autres qui ont repris du service après des formations verticales attendent le reclassement. Sans oublier l’avancement automatique.Pour tous ces cas, la centrale syndicale exige du gouvernement la régularisation des situations administratives.

Par ailleurs, la Conasysed demande régulièrement le recrutement d’enseignants. Il fait état de plusieurs promotions sorties des écoles normales nationales (Ecole normale supérieure, Ecole normale supérieure de l’enseignement technique et Ecole normale des instituteurs) qui sont au chômage, alors que le besoin sur le terrain est réel. Selon les statistiques des experts en questions d’éducation, le déficit d’enseignants, tous degrés d’enseignement confondus, est d’un millier. Depuis les années 1990, le secteur éducatif est miné par des grèves à répétition, qui ont gravement déteint sur l’image de l’enseignement public.

 

Brandy MAMBOUNDOU

Article du 3 mai 2021 - 11:00am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !