Gabon-Éducation : Le SAEG dénonce un système éducatif moins performant

Par Brandy MAMBOUNDOU / 09 juil 2022 / 0 commentaire(s)
Jules Bibang nouveau président du SAEG.

Le jeudi 07 juillet 2022, le Syndicat autonome des enseignants du Gabon (SAEG) a organisé son troisième congrès ordinaire. Jules Bibang a succédé à Simon Edzo. Face à un système éducatif en décrépitude, le nouveau président craint le danger qui guette les enfants gabonais. Il invite à réagir très rapidement et efficacement pour enrayer la pente descendante. 

C’est en présence des éminents invités à l’instar du professeur Ondo Ossa, ancien ministre de l’enseignement supérieur et ancien candidat à l’élection présidentielle de 2009 que s’est déroulé le troisième congrès ordinaire du SAEG, membre de la Conasysed et de Dynamique Unitaire (DU). Pour les congressistes, il est plus que jamais nécessaire de réagir au risque d’assister à l’effondrement total du système éducatif.  C’est dans ce sens que Simon Ndong Edzo, président sortant du SAEG, « appelle le gouvernement à convoquer en urgence le conseil national de l’enseignement pour repenser les finalités de la nouvelle école gabonaise, définir les profils souhaités des élèves sortants, afin d’adapter les programmes et les méthodes d’enseignement aux besoins de développement de notre pays et aux réalités culturelles et sociales du Gabon », a indiqué Simon Ndong Edzo, le président sortant dudit syndicat. 

Mais il est conscient que tout cela ne peut se faire que grâce à la bonne administration des affaires publiques. D’où lui et ses amis espèrent l'amélioration de la gouvernance, la promotion de l’efficacité et de la transparence, la consolidation de l’Etat de droit, de la démocratie et la promotion de la participation de la société civile à la gestion des affaires publiques. En clair, il invite Ossouka et compagnie à bâtir un nouveau système éducatif capable de répondre aux exigences d’une économie moderne génératrice de développement durable. Il s’agit tout simplement de rendre le système éducatif actuel plus performant et de coller les actions de formation aux besoins de l’économie. 

Au terme du congrès qui a vu Jules Bibang être porté à la tête du SAEG, la nouvelle équipe entend hisser l’école gabonaise au sommet. « La situation de l’école gabonaise aujourd’hui n’est plus qu’un simple secret de polichinelle, tellement les tares qui la minent sont grossières, tellement grossières qu’elles sont même visibles hors de nos frontières. Mais après les pertinentes clarifications dont le Pr. Ondo Ossa nous a gratifiées aujourd’hui, il ne s’agit pas pour nous ici d’y revenir. Chacun s’est fait une idée encore plus précise du danger dans lequel nous sommes, du danger qui guette nos enfants, petits-enfants ainsi que toutes les générations à venir. L’heure est grave ! Il faut agir, plutôt il faut réagir », a-t-il souligné après avoir rendu un vibrant hommage à Louis Patrick Mombo, décédé le 30 novembre 2021.  

Brandy MAMBOUNDOU

Article du 9 juillet 2022 - 8:34am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !