Gabon : Foberd peut-elle fabriquer des produits Coca Cola impropres à la consommation ?

Par Nicolas NDONG ESSONO / 07 juin 2022 / 0 commentaire(s)
Après un séjour en prison, le Dg de Foberd Gabon a-t-il changé de logiciel mental?

Au repaire du faux et usage du faux, le pire est à redouter. Tant, pour la première fois dans l’histoire du Gabon, plusieurs responsables d’une société privée sont incarcérés à Sans famille pour délinquance en bande organisée. Et dire que ce sont « ces gens-là » qui vont désormais fabriquer les produits Coca-Cola. Au secours Éternel Dieu !

Le Gabon est un pays spécial. Tellement spécial que seul Dieu veille sur ses populations. Si ce n’était pas ça, on ne parlerait plus de Gabon aujourd’hui. Voilà pour la parenthèse. Pour le factuel, Foberd Gabon annonçait, avec fracas, le 25 mai dernier à Libreville qu’à partir du 1er juillet prochain, elle produira et distribuera les produits Coca-Cola, à travers sa filiale Sogavin. Et cela, au lendemain de l’annonce de la fin du partenariat entre la Société des brasseries du Gabon (Sobraga) et The Coca-Cola Company.

Pour la circonstance, Mesmin Sigha, Dg de Foberd Gabon, une société spécialisée dans l’importation et la distribution des matériaux de construction et produits alimentaires, soulignera que « Foberd Gabon grandit et ce choix porté sur le groupe illustre sa capacité à répondre aux normes encadrant la production de produits de qualité pour le bénéfice de nos consommateurs ».

Depuis cette annonce, souffle un agent des services de renseignement, personne n’a « fouillé » de fond en comble les dessous de ce partenariat pour éviter de mettre en danger les consommateurs gabonais. D’autant plus que, selon la même source, Mesmin Sigha est tout sauf un ange. Bien au contraire. Dans un pays sérieux avec des responsables soucieux du bien-être de leurs compatriotes, il n’exercerait plus aucune activité sur le territoire. Pourquoi ? Accrochez-vous !

Mesmin Sigha est arrêté

En 2017, lorsque l’affaire Guido Santullo éclate, Foberd-Gabon est dans la ligne de mire des enquêteurs. Ainsi, le 14 juillet de cette année-là, tandis qu’une rosée, signe de l’arrivée de la saison sèche, mouille les rues de Libreville, Mesmin Sigha est arrêté « pour importation illégale et livraison frauduleuse de 20 000 tonnes de ciment ». Attention, ce qui va suivre donne froid dans le dos. Jamais dans l’histoire du Gabon, les dirigeants d’une société n'avaient atteint un tel degré de délinquance criminelle contre une Nation qui vous a accueilli.

Justifiant l’assertion selon laquelle qui se ressemble s’assemble, ils agissaient contre les intérêts du Gabon. Il s’agissait de : André Foukou Mbah (directeur délégué) ; Florentin Takougoum (directeur délégué adjoint) ; Louis Bertrand Ntene Wojiwo (informaticien) ; Louis David Youkep, (inspecteur général des services) et Emmanuel Jérome Kweda (chef de division délégué finances et comptabilité). Au reste, devant les enquêteurs, chacun d’eux est passé aux aveux.

Un rôle spécifique à jouer

Telle une association de malfaiteurs, chaque responsable avait un rôle spécifique à jouer. Morceaux choisis : Louis Bertrand Ntene Wojiwo (dissimulation des informations fiscales et comptables dans des disques amovibles) ; Florentin Takougoum (commande à Guido Santullo de 20 000 tonnes de ciment d’une valeur d’un milliard 470 millions de francs) ; André Foukou Mbah (expert en soustraction des documents compromettants du bureau du directeur général Mesmin Sigha, afin que les agents de police ne mettent pas la main dessus. Il reconnaît également avoir dissimulé des documents comptables à l’import, les pièces de caisse, les sauvegardes de la comptabilité, et les entrées de ciment en machine sur instruction du patron, Mesmin Sigha. Il reconnaît aussi avoir déplacé des dossiers importants aux fins de les mettre à l’abri des agents de police. Enfin, il a avoué avoir aidé à sortir frauduleusement du territoire gabonais son compatriote et employé à Foberd-Gabon).

Comme si cela ne suffisait pas, ils étaient écroués pour, entre autres, « emploi irrégulier et immigration illégale ». Ce qui fait beaucoup pour une seule société.

Voilà, regrette la clameur populaire, le visage sombre de la société qui désormais va fabriquer les produits Coca-Cola. Dès lors, il y a de quoi être inquiet. Avec un tel esprit de roublardise, et l’appât du gain chevillé au corps, Foberd Gabon et sa filiale Sogavin ne feront-ils pas de mélange « bizarroïde », donc réduire les dépenses pour maximiser leurs gains ? Il y a tout lieu d’imaginer et de craindre le pire !!!

Elzo Mvoula

 

 

 

Article du 7 juin 2022 - 11:46pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !