Gabon : Ils ont cru piéger Barro Chambrier et sa suite ; ils ont finalement handicapé les populations de Bayi-Brikolo, hier dimanche.

Par Elzo MVOULA / 23 aoû 2021 / 0 commentaire(s)
Le canter placé sur le pont pour boycotter la tournée de Barro CHAMBRIER.

En voulant coûte que coûte perturber le déroulement de la tournée de Barro Chambrier dans le Haut-Ogooué, « une horde de délinquants primaires », venue de Libreville, a provoqué une pagaille sur l’axe Okondja-Aboumi.

Ils croyaient humilier le président du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) ; ils pensaient plaire à Ali Bongo Ondimba par leur geste ; ils s’imaginaient être traités de courageux par les populations du cru ; ils espéraient une autosatisfaction, après leur sale besogne ; ils se voyaient en héros, alors qu’ils ne sont que des vulgaires hommes des cavernes « contemporains » qui s’ignorent ; ils étaient convaincus de la qualité de leur réflexion, alors qu’ils n’ont que la boue à la place du cerveau…

Rien de « tout ça » ne s’est déroulé comme prévu. D’autant plus que, hier, dimanche 22 août 2021, alors que Barro Chambrier et sa suite sont au bord de la Sébé, l’une des étapes de leur tournée dans le Haut-Ogooué, une pagaille se joue sur l’axe Okondja-Aboumi. Venu de Libreville, émargeant à la mairie centrale de la ville éponyme pour la plupart, un groupe de compatriotes a monté une opération digne des commandos d’opérette : garer un canter et démonter ses roues sur un pont ; il faut vraiment le faire !

Voici le canter tel qu’il a été déposé par les délinquants de la république.

 

En effet, sur le pont du ruisseau Louri, à près de 2 Km de Moyol, dans le département de la Sébé-Brikolo, en allant vers Bayi-Brikolo à Aboumi, un camion a été abandonné à cet endroit ; coupant ainsi toutes circulations dans les deux sens. Ceci, croyaient les organisateurs de cette comédie d’un autre temps, pour empêcher à ABC et sa suite de se rendre à Aboumi pour tenir leur meeting.

En fait, par un hasard du calendrier, contrairement au programme officiel, Barro Chambrier et sa suite ont préféré sillonner dans la commune d’Okondja. Sans le savoir, ils ont échappé à ce piège tendu par les ennemis de la démocratie. Par contre, les populations de Bayi-Brikolo ont souffert de cet acte ignoble. Signe des temps, l’honorable Jean Bosco Ndjounga, député de cette zone et membre du bureau politique du PDG – au sortir de sa tournée parlementaire - est resté bloquer toute la journée à cet endroit avec d’autres habitants de la contrée.

Du coup, après cet acte digne des Etats voyous, le gouvernement de la République est mis devant ses responsabilités. Le canter incriminé loué à la mairie d’Okondja, Noël Matha, le chantre de « force reste à la loi », devrait comprendre que jamais, jamais…dans l’histoire des peuples, on ne joue indéfiniment avec l’âme de la Nation. Avant de sombrer dans la tragédie actuelle, les pays comme la Centrafrique ont « joué » avec le feu, avant de se brûler.

Elzo MVOULA

Article du 23 août 2021 - 6:44pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !