Gabon : Kinguélé ou le paradoxe d’un pays riche

Par Brandy MAMBOUNDOU / 23 nov 2021 / 0 commentaire(s)
Voir Kinguélé et pleurer.

Il suffit de pénétrer de jour dans le quartier Kinguélé pour saisir une réalité jusque-là volontairement refuser par certains : le système Bongo-PDG a, depuis plus de 50 ans, rater la redistribution équitable des ressources collectives. Pour ce faire, les résidents de la Sablière – l’un des seuls quartiers des milliardaires de la République - qui osent s’y rendre, parce que cet endroit est réputé dangereux, reviennent avec des larmes aux yeux. Et pour cause, des conditions de vie y sont spartiates pour ne pas dire indignes d’un pays pétrolier.

Là-bas, grâce à Jean-Boniface Assélé, le président du Cercle des libéraux réformateurs (CLR), des axes de circulation ont été érigés. Démontant ainsi l’abandon par l’Etat central des populations qui y vivent. Pis, lorsqu’un incendie se déclare, à cause de l’absence des voies d’accès, les Sapeurs-pompiers ne peuvent intervenir efficacement. Conséquence, outre des pertes en vie humaines, il y a toujours des dégâts importants.

Au registre de ce tableau sombre, même l’existant connaît une détérioration avancée. C’est le cas des voiries qui, faute d’entretien par la mairie de Libreville des caniveaux, sont abîmées par les eaux de pluie et usées.

Une situation qui devrait pousser les tenants du système Bongo-PDG à questionner leur mode de gouvernance. 

Elzo MVOULA

Article du 23 novembre 2021 - 6:31pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !