Gabon : la simplicité de la sépulture d’AMO à Medouneu étonne

Par Brandy MAMBOUNDOU / 19 aoû 2021 / 0 commentaire(s)
L’équipe de l’union nationale devant la tombe d AMO…

Dans un pays où le faste et la fierté sont deux faces d’une même pièce chez le Gabonais, la simplicité de la tombe de l’ancien ministre de l’Intérieur d’Omar Bongo Ondimba a de quoi surprendre. Le passage la semaine dernière de Paulette Missambo et de son équipe à Medouneu réveille inévitablement de vieilles interrogations qui pointent les héritiers de l’illustre disparu.

André Mba Obame (AMO), mort en 2015, est enterré à Medouneu. Après moult disputes à Libreville entre la famille, représentée par l’ancien archevêque de Libreville, Mgr Basile Mve Engone, les militants de l’Union nationale, les cadres du parti et la famille, le corps d’AMO a été ensuite conduit dans sa terre natale, à Medouneu. Le silence qui entoure désormais sa mort a été obtenu au prix d’un renoncement à la parole. Tout va donc, apparemment, bien et les humains s’accommodent bien des apparences.  

Les apparences, en voici. Les membres de l’Union nationale dont AMO était le secrétaire exécutif, se sont inclinés devant sa sépulture. L’environnement est propre, l’entretien y est. Un tombeau reste tel, certes, mais quand même ! La dimension de l’homme n’oblige-t-elle pas à lui rendre un meilleur hommage en édifiant un mausolée, une place, une scène comme un lieu de mémoire ? Parce que le nom d’AMO est désormais, comme Pierre Mamboundou, Simon Oyono Aba'a, Eugene Marcel Amogho, Pierre-Louis Agondjo…par exemple, un lieu de mémoire. Et là, dans ce cas, la simplicité de son tombeau devient un problème ; l’apparence est famélique.                                   

N’y avait-il donc pas un projet de mausolée sur la tombe d’André Mba Obame ? Mais qui aurait eu la charge de sa construction ? Les militants de l’Union nationale ont intérêt à honorer la mémoire de leur ancien secrétaire général exécutif. Ce sont donc eux les premiers à demander ce mausolée.

Peuvent-ils le construire ? Assurément non, la dépouille appartient à la famille biologique. Dès qu’on parle de la famille biologique, on se tourne vers Franck Nguéma, neveu de l’illustre disparu et actuel ministre des Sports. Certaines langues prétendent que Franck Nguéma n’est entré au gouvernement que parce qu’il est le neveu d’AMO…Rien que ça.

Sauf qu’il est ensuite entré en conflit avec la famille, notamment dans la gestion de TV+. La télévision du futur affiche désormais un écran noir. Si la dispute familiale est parvenue à tuer une télévision dont seuls les survivants pouvaient se partager les dividendes, ne va-t-elle pas aussi travailler à jeter dans l’oubli collectif le nom historique d’AMO ?

Paulette MISSAMBO déposant une gerbe de fleurs...

Il est évident qu’André Mba Obame mérite un mausolée à la taille de son nom. L’engagement qui a été le sien pour empêcher le projet monarchique en cours, lorsque les Jean Ping, Ntoutoume Emane, Séraphin Moundounga…caressaient les cheveux défrisés d’Ali Bongo, mérite un visage. Les hommes sont attachés aux symboles. Le mausolée en est un. Il faut un projet autour du sépulcre d’André Mba Obame.

Brandy MAMBOUNDOU

Article du 19 août 2021 - 11:02am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !