Gabon : La Société civile en sit in à Sainte Marie à le discours de l'église catholique

Par Brandy MAMBOUNDOU / 24 jan 2023 / 0 commentaire(s)
Edmond Okemvele (en blanc), vice-président de la plateforme « Gabon d'Abord », lors du Site-In.

Le mardi 24 janvier 2023, l'église catholique a ouvert son assemblée générale à Libreville. Là-bas, Monseigneur l'archevêque Ibaba a invité les membres de la société civile à se mettre à l'action. Tour à tour, les membres de la société civile ont exprimé leur satisfaction et entendent œuvrer pour le changement du Gabon.

Coted-Gabon, Mstgv, plateforme citoyenne « Gabon d'Abord » le mouvement « Libérez Jean Remy Yama » et bien d'autres étaient présents. A cet effet, après avoir écouté les propos de l'archevêque Ibaba, chacun des leaders des mouvements, associations et plateforme se sont exprimés. « Nous voulons saluer tout d'abord l'archevêque de Libreville pour son courage, lui et tous ses confrères pour le courage qu'ils ont eu à prendre, pour le texte à la présentation des vœux. C'est un texte qui a trouvé l'assentiment de tous les Gabonais libres. Nous nous trouvons à Sainte Marie, une place remplie d'histoire. L'histoire du Gabon est certainement partie d'ici. Si nous nous trouvons à cet endroit, c'est pour dire merci à l'archevêque. Merci pour son engagement, sa disponibilité aux côtés des Gabonais lambda. Car, jamais, on ne pouvait imaginer se tenir à cette place pour tenir un discours », a indiqué Pendi, porte-parole du Coted-Gabon. Avant d'ajouter que le souhait, aujourd'hui de la société civile, soit que l'archevêque aille jusqu'au bout de sa logique. Et que pour la première fois, le résultat des urnes soient respectés. C’est-à-dire que le vainqueur soit celui qui gouverne.

Pour Roger Ondo Abessolo, vice-président de l'Assemblée dynamique unitaire (DU), le Gabon a besoin d'une paix. Et celle-ci passerait par une justice équitable. « C'est pourquoi, pendant que les évêques sont en réunion, Dynamique unitaire voudrait savoir celle qui demande à tous de plaider pour ce compatriote Jean-Rémy Yama, qui croupie à la présence centrale de Libreville depuis bientôt un an. Il veut faire le deuil de sa femme, qui jusqu'à présent est toujours dans les glaçons du côté du Sénégal. C'est ça aussi la paix. Lorsqu'on ne peut pas prendre, on ne peut pas embrasser de telles causes, quel que soit la qualité de la transparence d'une élection, nous ne serons jamais en paix. Vivement que la situation de Jean Rémy Yama soit réglée. Dont les avocats ont clairement clamé son innocence dans tout ce qui lui est reproché», a-t-il dénoncé.

Enfin, Edmond Okemvele, vice-président de la plateforme « Gabon d'Abord » a profité de l’occasion pour inviter la plupart des hommes engagés pour la justice « équitable », la transparence électorale et le changement au sommet de l'État, à une réunion ce mercredi 25 janvier à son siège. C'est chaud devant.

Elzo Mvoula

Article du 24 janvier 2023 - 7:36pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !