Gabon : Le projet AfricaMaVal présenté aux Gabonais

Par Brandy MAMBOUNDOU / 03 nov 2022 / 0 commentaire(s)
Ce projet Panafricain permettrait d’assurer un approvisionnement responsable en ressources minérales.

Le mercredi 02 novembre dernier, dans un hôtel de la place, le projet AfricaMaVal, qui est le fruit d’un partenariat « gagnant-gagnant » entre plusieurs pays africains et l’Union Européenne, a été présenté aux autorités gabonaises et quelques membres de la société civile.

Présenté par l’Association of Women in Mining in Africa (AWIMA) en atelier, le projet AfricaMaVal est une initiative de trois ans, financée par l’Union Européenne. À cet atelier étaient présents, Elvis Ossindji, ministre des Mines, quelques membres de la société civile gabonaise et les opérateurs économiques, à l’instar de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog).

En effet, ce projet Panafricain permettrait d’assurer un approvisionnement responsable en ressources minérales pour l’industrie européenne, tout en garantissant un développement local durable dans les meilleures conditions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) qui conduirait à un environnement commercial durable à long terme pour les entreprises européennes et africaines.

Pour Pascaline Omga, présidente de l’association, il serait question de consolider le secteur privé national, tout en restant ouvert aux investissements directs étrangers (IDE), incontournables pour améliorer le développement. L’idée est de favoriser un secteur extractif juste, inclusif et égalitaire, offrant un cadre propice à l’épanouissement des populations et au respect de leurs droits fondamentaux, par la promotion des pratiques minières responsables et le renforcement de la gouvernance locale et l’environnement des affaires. L’encouragement de l’innovation sociale, lorsque des changements de nouvelles pratiques ou de modèles de propriété sont nécessaires.

Elvis Ossindji, responsable du secteur minier, a livré la pensée des plus hautes autorités, en présence de Léontine Bibey, présidente de l'Initiative sur la transparence des industries extractives au Gabon (ITIE Gabon). Toujours optimiste, il a indiqué être ouvert pour la poursuite de ce partenariat qui pourra profiter au peuple gabonais, tout en améliorant la contribution du secteur minier au PIB. Pour le compte de la société civile, c’est le Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance (Rolbg) qui s’est exprimé. Cette ONG sollicite l’Union Européenne pour une collaboration franche parce que le peuple gabonais, qui ne bénéficie pas directement de la vente de ses ressources naturelles. Le Rolbg a demandé que ces assises soient le moyen de régler cette petite forme « d’injustice ».

À terme, un environnement commercial durable serait mis en place pour les pays africains et l’Union Européenne. Des ateliers similaires sont organisés dans 10 pays pilotes (Sénégal, Tanzanie, Madagascar, Zimbabwe, Gabon, Mozambique, République Démocratique du Congo, Namibie, Maroc, Afrique du Sud). Le Gabon est, pour l’heure, l’hôte de la cinquième édition.

Elzo Mvoula

Article du 3 novembre 2022 - 6:20pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !