Gabon : Le projet « Un Gabonais = Une Boutique », Quid des lobbies des expatriés ? 

Par Brandy MAMBOUNDOU / 09 juil 2024 / 0 commentaire(s)

 

La semaine dernière, le ministre de l’Économie et des Participations, Mays Mouissi, a eu une séance de travail avec un groupe d’entrepreneurs gabonais réunis au sein de l’organisation «Le boutiquier rentable », porteur du projet « Un Gabonais = Une Boutique». Cette initiative a pour objectif d’encourager des jeunes gabonais à se lancer dans l’entrepreneuriat en leur offrant un soutien via des programmes de formation afin qu’ils puissent établir leurs propres épiceries. 

À terme, le projet « Un Gabonais = Une Boutique » prévoit de mettre en place un réseau d’épiceries à travers le Gabon et envisage également de développer une centrale d’achats. À l’issue de la présentation de ce projet entrepreneurial ambitieux, le membre du gouvernement de la Transition a félicité ses hôtes pour leur détermination à vouloir se réapproprier un pan de notre économie, aujourd’hui dominé par des expatriés. Il a souligné l’importance de l’entrepreneuriat pour dynamiser l’économie nationale, créer des opportunités d’emploi durables chez les jeunes et favoriser la préférence nationale.

Aussi, tout au long de cette séance de travail, plusieurs mesures incitatives ont été prises par le ministre de l’Économie pour favoriser l’ouverture d’épiceries détenues par ces Gabonais notamment le financement par le ministère de l’Économie des formalités de création d’entreprises individuelles de 100 jeunes gabonais. La facilitation par l’Agence nationale de promotions des investissements (ANPI) de toutes les formalités de création d’entreprise.

Il en est de même pour la mise en relation des jeunes entrepreneurs gabonais et la société de capital-investissement « Okoumé Capital », filiale du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), afin de bénéficier des meilleurs financements. L’accès à des formations de renforcement des capacités proposées par l’ANPI et la mise en relation avec des fournisseurs afin que ces épiciers gabonais puissent profiter des meilleurs prix du marché.  

Si l’idée semble louable, il est important de souligner le fait que cette « intrusion » dans un secteur fortement dominé par d’autres africains pourrait rencontrer des blocages. Pour preuve, depuis le lancement des différentes mercuriales dont l’objectif est de bloquer les prix, il est triste de constater que certains opérateurs économiques font preuve de mauvaise foi en créant la pénurie. Ce qui a pour conséquence, l’augmentation des prix. Un numéro vert pourrait être mis à la disposition de ces compatriotes pour signaler le refus de livraison des marchandises de certains grossistes.

Elzo Mvoula

 

Article du 9 juillet 2024 - 12:47am
Article vu "en cours dév"

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !