Gabon : Les originaires du Woleu-Ntem se démènent pour recevoir Ali Bongo Ondimba

Par Brandy MAMBOUNDOU / 22 nov 2022 / 0 commentaire(s)
Raymond Ndong Sima, ancien premier ministre.

« Tous les originaires de la province mis à contribution dans l’organigramme politique du pays n’ont été que des faire-valoir ». Dans sa dernière publication sur les réseaux sociaux, l’ancien Premier ministre d’Ali Bongo est longuement revenu sur le rôle qu’ont joué tous les anciens Premiers ministres originaires du Woleu Ntem.

Dans quelques jours, le président de la République, Ali Bongo, se rendra dans la neuvième province du Gabon. Un parcours qui l’emmènera dans plusieurs départements de cette localité, souvent considérée comme « jetée aux oubliettes ». Cette visite du Chef de l’Etat ne cesse de susciter des réactions tant positives que négatives, comme celle de l’ancien candidat à l’élection d’août 2016, qui n’est entre autres que Raymond Ndong Sima.

En effet, d’après l’ancien Premier ministre, tous les originaires de la province mis à contribution dans l’organigramme politique du pays auraient été juste « des faire-valoir » pour donner à la province l’illusion d’une représentation dans les grandes instances du pays, mais en réalité, « de François Engonga Owono, Secrétaire général de la présidence, rapidement débarqué, à René Ndemezo’o Obiang, président du Conseil économique social et environnemental, en passant par Raymond Ndong Sima, premier Premier ministre de l'intérieur du pays, puis Daniel Ona Ondo, tous, nous avons été des ornements du décor sans plus », a-t-il publié.

Pire, pour lui, il faudrait être de mauvaise foi ou tout simplement être lâche pour ne pas faire ce constat et pour ne pas comprendre « qu'Ali poursuit depuis 2009, une stratégie de strangulation du Woleu-Ntem. Alors, à la veille de son arrivée, on fait mine de s’activer et on planifie le saupoudrage des interventions en proposant par exemple de refaire 1,8 km qui s’inscrivent dans une campagne électorale anticipée ».

Dans cet amer constat, il cite par exemple le bitumage de la ville d'oyem, qui a été fait en 1978. Que l'entreprise yougoslave “Autoput” avait garanti ces voiries pour 25 ans. « Nous sommes presque à 20 ans après la date annoncée de durée de vie de ces voiries urbaines. Chacun peut constater l’état de la circulation dans la ville d’Oyem (ceci est un fait). » A cela, il ajoute que le ministre de l'Equipement de 2013 a fait aboutir l'étude d'un projet de 42 milliards couvrant l'axe Oyem Medzeng d'une part (21 milliards) la rocade de la ville d'Oyem et la reprise de l'ensemble des anciennes voiries (21 milliards). « Alors que les travaux devaient commencer en décembre 2013, le projet a trouvé sa place dans un placard (cela aussi est un fait) ». A relevé l’ancien Premier ministre, avec une note d’ironie.

Elzo Mvoula

Article du 22 novembre 2022 - 2:39pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !