Gabon : L’État pourrait accueillir l’ensemble des bacheliers de 2024

Par Brandy MAMBOUNDOU / 09 juil 2024 / 0 commentaire(s)
Le Pr Hervé Ndoume Essingone, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, a tenu le week-end écoulé une conférence de presse au Rectorat de l’Université Omar Bongo. Devant la presse nationale et internationale, le membre du gouvernement a présenté la carte des programmes de formation et des capacités d’accueil dans les Etablissements Publics d’Enseignement Supérieur pour l’année académique 2024-2025.

Le professeur Ndoume Essingone a souligné l’importance de cette cartographie pour l’orientation académique des nouveaux bacheliers. Avec un total de 22 308 bacheliers cette année, les établissements publics disposent d’une capacité d’accueil de 16 215 places, soit un taux d’absorption de 72,68 %. Cette capacité permettra d’accueillir plus de 70% des nouveaux bacheliers dans les établissements publics. Les 30 % restants pourraient rejoindre les établissements privés. 

Pour répondre à la demande croissante, trois nouveaux établissements ont été créés, à savoir, le Centre Universitaire de Koula-Moutou (Ogooué-Lolo), a Faculté de Médecine de l’Université des de sciences et technologies de Massuku (Haut-Ogooué) et la Faculté des Sciences de l’Université Omar Bongo (UOB).  Ces initiatives, imposées par le Chef de l’Etat, Brice Clotaire Oligui Nguema, visent à diversifier d’une part et à renforcer les opportunités d’enseignement supérieur dans le pays d’autre part, tout en assurant une qualité d’enseignement élevée.

La carence en infrastructures scolaire et universitaire est un véritable problème aujourd’hui avec la montée croissante du nombre des diplômés au Gabon. Les efforts des nouvelles autorités laissent penser à un avenir meilleur. Mais, il faut le reconnaître, le pouvoir déchu qui était visiblement axé sur les détournements de deniers publics a laissé le pays à l’agonie. Et dans son dernier entretien accordé au média panafricain Jeune Afrique, le Premier ministre de la Transition, Raymond Ndong Sima, l’a bien reconnu.

Brandy Mamboundou

 

Article du 9 juillet 2024 - 12:35am
Article vu "en cours dév"

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !