Gabon : L’Union européenne opte pour un partenariat de nouvelle génération dans le domaine de la pêche durable

Par Elzo MVOULA / 17 fév 2021 / 0 commentaire(s)
Photo de famille après la cérémonie.

Pour une période de cinq ans, les navires de l'UE auront accès aux eaux gabonaises dans le cadre du développement et de la transformation du secteur de la pêche. Le 10 février 2021, le Gabon et l'Union européenne (UE) ont signé à Libreville, selon un communiqué parvenu à notre rédaction, un nouveau protocole à l'Accord de partenariat de pêche durable (APPD).

C'est le ministre de l'Agriculture, de l'Elevage, de la Pêche et de l'Alimentation, Biendi Maganga Moussavou, et l'ambassadrice de l'UE au Gabon, Mme Rosário Bento Pais, qui ont scellé cette collaboration. Les deux parties se sont félicitées « des résultats de ces négociations illustrant la volonté » du Gabon et de l'UE « d'élargir l'étendue de leur coopération », précise le communiqué. Désormais donc, et pour une durée de cinq ans, les navires (27 thoniers senneurs, 6 thoniers canneurs et 4 chalutiers visant les espèces démersales de poissons et crustacés, dans le cadre d'une pêche exploratoire) de l'UE navigueront dans les eaux gabonaises dans le cadre du développement et de la transformation du secteur de la pêche dans notre pays. En contrepartie, le Gabon recevra une somme d'environ 17 milliards de FCFA.

Ces fonds renforceront « la gouvernance des pêches, la protection de l'environnement marin et le soutien à la création d'emplois et d'activités dans le secteur de la pêche », indique le communiqué conjoint publié au terme de la cérémonie de signature de l'accord. Cependant, même si les deux parties rassurent que « ce nouveau protocole contribuera à la préservation des ressources maritimes, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la diversification de l'économie gabonaise, en cohérence avec les objectifs du Plan stratégique Gabon émergent 2025 (PSGE 2025) et la politique de partenariat de l'UE », bon nombre de Gabonais espèrent que cet accord ne causera pas une réduction des ressources halieutiques.

Ce d'autant plus que le tonnage de référence convenu à 32 000 tonnes annuelles, faisant du Gabon le 2e partenaire de l'UE en matière de pêche thonière, inquiète plus d'un conservateur des ressources de notre pays pour les générations futures. Même si, souligne le communiqué, ce protocole créera « des emplois, par l'incitation aux transbordements et débarquements des captures dans les ports gabonais ainsi que par l'embarquement de marins gabonais et d'observateurs sur les navires européens ».

 

Elzo MVOULA

Article du 17 février 2021 - 10:20am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !