Gabon : Mathurin Ango au-devant de la scène à Ovan (département de la Mvoung) ?

Par Brandy MAMBOUNDOU / 23 sep 2022 / 0 commentaire(s)
Mathurin Ango, jeune retraité administratif, attend son heure.

Le départ en diplomatie de Noël Nelson Messone pourrait coïncider avec l’avènement de l’ancien député dans un costume XXL dans le département de la Mvoung. Parmi toutes les hypothèses de ce retour en fanfare, une entrée au gouvernement n’est pas à exclure.

Un passage de flambeau est en train s’opérer dans le champ politique à Ovan. En effet, il semble qu’une redistribution des rôles s’y joue depuis quelque temps, eu égard à la trajectoire récente de deux de ces fils parmi les plus illustres. Le 14 avril, Antoine Mathurin Ango, conseiller d’Ali Bongo sur les questions métallurgiques et de ressources minières, a été appelé à faire valoir ses droits à la retraite administrative alors que bien plus âgés que lui officient encore à la Présidence de la République. L’on se demande pourquoi cette mise à l’écart. Quelques mois plus tard, le 10 août, c’est Noël Nelson Messone, député du 2ème siège de la Mvoung, qui s’est vu nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Gabon aux États-Unis. À première vue, les deux hommes ont été éloignés du cœur du pouvoir. Et si c’était pour mieux rebondir ?

S’agissant de Messone, on dirait plutôt que « the game is over » [la partie est finie]. Sa nomination à Washington sonnant comme un salutaire soulagement après des années d’inconfort politique, « l’Américain » a de lui-même ouvert et entretenu la vacance de l’autorité politique dans la Mvoung. Aujourd’hui, la question que tout le monde se pose est de savoir quelle figure – légitime, aguerrie et populaire – peut remplir le « trou vide » créé par les constantes « absences » du diplomate. Or, sans faire injure aux jeunes loups qui se bousculent au portillon, dont Guy Roger Mengue Amvame, Antoine Mathurin Ango peut se prévaloir de plusieurs atouts, et prétendre jouer les premiers rôles. Pourquoi pas une entrée au gouvernement ?

Ingénieur géologue de formation ayant fait les beaux jours de la Comuf en tant que cadre, Antoine Mathurin Ango n’est pas tombé de la dernière pluie en politique. À la fin des années 1990 et début du deuxième millénaire, il a été député du 2ème siège de la Mvoung (PDG), puis président du Conseil départemental. Si son passage au parlement a été marqué par les éclats et la fouge de la jeunesse saluée par des interventions très remarquées qui ont fait de lui un des meilleurs députés de sa mandature au cours de laquelle il a été le principal artisan de l’obtention de la construction du CES d’Ovan devenu Lycée. Grace également à son entregent et à son réseau de connaissances dans le Haut-Ogooué, sa deuxième province, il a pu décocher l’électrification et l’alimentation en eau de la ville d’Ovan. Au Conseil départemental, sa gestion du département reste mitigée du fait de quelques haussements de menton qui ne feront pas oublier l’assainissement des comptes de l’assemblée départementale et surtout la récupération de l’enrôlement des recettes des impôts forestiers au bénéfice de sa localité.

Puis vint son passage au management technique de la mise en œuvre du projet Belinga où il a été nommé au poste de Délégué Général du Gouvernement auprès du ministre des Mine ayant piloté avec maestria, sous le magistère du ministre Régis Immongault, l’annulation du contrat minier léonin qui avait été passé avec les chinois de la COMIBEL. Fort de cette expérience de la politique, champion local de la politique de proximité, il a été appelé auprès d’Ali Bongo, afin d’être au service de la République en raison de son expertise initiale, enrichie par la politique.

Actif, sinon hyperactif, le natif d’Afoumadzo par son père, et de Koumameyong, par sa mère, est véritablement l’homme fort de la Mvoung. Il a aussi un pied dans le Haut-Ogooué où il est très connu. Atouts non négligeables au moment où l’État gabonais envisage d’exploiter à nouveau l’uranium de Mounana, et le fer de Bélinga. Dans cette optique, il va sans dire que Antoine Mathurin Ango se positionne comme une personne-ressource incontournable, sinon disponible. Pour cet homme chaleureux, à l’expérience technique, administrative et politique avérée, qui sait aussi bien se mouvoir dans les milieux élitistes d’Éramet que dans les cuisines enfumées de la Mvoung et de l’Ogooué-Ivindo, l’heure de la confirmation semble arrivée. Après quinze années d’immobilisme et de tiédeur politiques, la jeunesse désabusée et désenchantée d’Ovan trouvera en lui l’opportunité de recréer des liens, et des raisons de croire en l’avenir.

Brandy Mamboundou

Article du 23 septembre 2022 - 9:16am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !