Gabon : Spectre d’une grève à Trans’urb

Par Elzo MVOULA / 17 juil 2022 / 0 commentaire(s)
La société de transport urbain Trans'Urb lancée en pleine pandémie de Covid-19 traverse une zone de turbulences

Dans une lettre adressée à la direction de la société de transport gabonaise Trans’urb en date du 13 juillet dernier, le personnel fait état de plusieurs manquements qui commencent à impacter négativement leur quotidien. En gros, les agents ne supportent plus rien.

Les choses du Gabon laissent souvent à désirer. Tout commence généralement bien. Puis arrive l’hécatombe. Grève par-ci, mouvement d’humeur par-là. Pour preuve, lancée il y a juste trois (3) ans, la société Trans’urb pourrait rejoindre sa grande-sœur la société gabonaise de transport (Sogatra) qui est déjà au bord du précipice. Dans une lettre adressée au directeur général et au directeur du personnel, les agents de Trans’urb dressent un tableau récapitulatif des maux qui minent cette boîte depuis bientôt deux ans. On note le manque de formation, l’absence de sécurité, le manque d’entretien dans le cadre professionnel, etc.

À ces griefs, s’ajoutent d’autres sur le côté financier.  Ils mettent en lumière « le non-respect des droits légaux observé dans nos salaires, et les primes, où nous accusons un problème de salaire de base qui, au départ était d’un montant de 250 000 francs CFA, et qui est maintenant à la baisse, à hauteur de 205.132 FCFA. Ils fustigent également les heures de travail car, en se réveillant à 5 heures du matin, nombreux parmi eux disent être victimes d’actes de violence des bandits qui écument la ville.

Fort de ce qui précède, ils attendent des améliorations de leurs conditions de travail, notamment en ce qui concerne leur contrat de travail à durée indéterminée (CDI) ; le paiement des montants amputés sur les salaires ; la révision des primes ; la situation de ceux qui souhaitent aller en congés ; la notification de l’ancienneté et bien d’autres. Espérons que la tutelle réagisse positivement. Sauf si le « Ngori est Bolè », c’est-à-dire « la gratuité est finie ».

Vichanie Mamboundou

 

Article du 17 juillet 2022 - 9:21am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !