Gabon : suite aux évènements d’Okondja, Aboumi et Leconi, un conclave de l’opposition en perspective à Libreville

Par Brandy MAMBOUNDOU / 25 aoû 2021 / 0 commentaire(s)
Malgré les actes d'intimidations hier à Leconi, ABC a livré son discours aux populations locales.

En tournée politique dans le Haut-Ogooué, Alexandre Barro Chambrier et sa suite ont été victimes des actes anti-démocratiques dans certaines localités de cette province. Une situation intolérable dénoncée déjà par la société civile et les leaders politiques des forces de changement qui se projettent d’organiser, dans les tout prochains jours, une grande rencontre pour mettre fin à ces pratiques d’un autre âge.

Avant de se rendre dans l’Ogooué-Ivindo aujourd’hui, une délégation du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) était dans le Haut-Ogooué depuis le jeudi 18 août dernier. Alexandre Barro Chambrier et sa suite y sont allés pour, entre autres, renforcer les structures de base de leur parti, s’imprégner des réalités et des aspirations des populations locales, avant de livrer sa lecture du contexte politique et socio-économique du Gabon…

Partout où il est passé, contrairement à l’idée répandue selon laquelle le Haut-Ogooué serait une province totalement acquise au PDG, l’ancien député du 4ème arrondissement de Libreville a été bien accueilli par ses compatriotes. Ces Altogovéens n’ont pas manqué de montrer à leur illustre hôte, les mauvaises conditions dans lesquelles ils vivent, à l’image d’autres compatriotes des autres provinces.

Cependant, lors de ce séjour, même si ce Professeur en Economie ne souhaite pas en faire un sujet principal de son passage dans le Haut-Ogooué, Alexandre Barro Chambrier et sa suite ont été victimes des actes antidémocratiques et de violence. Entre refus d’accès aux chambres d’hôtel à Mounana et Franceville, l’iléus de la voie menant à Aboumi à l’aide d’un canter déposé sur le pont Louri ou la perturbation de son meeting à Okondja, le président du RPM aura tout vu.

Du coup, face à cette situation qui se répète depuis des années 1990, principalement, dans le Haut-Ogooué - avec la même rengaine contre Paul Mba Abessole, Pierre Mamboundou, André Mba Obame, Jean Ping - l’opposition se projette d’organiser un conclave à Libreville. « Aujourd’hui, dans la plus grande discrétion, révèle l’un des organisateurs de cette potentielle rencontre, nous commençons les prises de contact. Nous devons attendre le retour du président Alexandre Barro Chambrier, la dernière victime de cette barbarie des temps modernes pour formaliser tout ça ».

Déjà, dans plusieurs forums ces pratiques rétrogrades sont unanimement condamnées. Il serait, à quelques années de la prochaine présidentielle, d’y mettre fin.

Elzo MVOULA

Article du 25 août 2021 - 1:57pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !