Gabon/Education : Les filles sont plus scolarisées que les garçons.

Par Brandy MAMBOUNDOU / 02 aoû 2021 / 0 commentaire(s)
L'évolution des mentalités a permis une forte scolarisation des filles au Gabon.

En attendant le classement des résultats des examens nationaux en fonction du sexe des candidats, il est possible de relever, à travers le nombre d’inscrits, que les filles sont plus nombreuses que les garçons. Sur 23 165 candidats au baccalauréat de l’enseignement général, le registre indique 13 414 filles contre 9 751 garçons. Pour l’heure, aucune indication concernant la part de la gent féminine sur le taux de 33,17 % d’admis au premier tour.

La supériorité numérique des filles se lit également dans le fichier des candidats au brevet d’études du premier cycle (BEPC). Sur 40 573 inscrits, on compte 22 715 filles contre 17 858 garçons. Le même constat peut être fait en ce qui concerne le certificat d’études primaires (Cep), même si, cette fois, l’écart n’est pas très grand. Il y a eu 24 658 filles et 24 332 garçons. Le taux de réussite au BEPC s’élève à 79,39 % et celui du Cep à 51,23 %. Là non plus, il ne serait pas inutile de connaître les performances des candidats en fonction du genre.

La gent féminine au Gabon est estimée à 52 % de la population totale. Si le nombre élevé de filles aux examens nationaux, donc scolarisées, peut se justifier ainsi, les données démographiques n’expliquent pas tout. L’évolution des mentalités a son mot à dire.

En effet, il est loin le temps où les parents affirmaient qu’ « une fille à l’école ça n’aboutirait à rien » et que la meilleure place pour elle était le foyer. Au Gabon, non seulement l’école est obligatoire et gratuite de 6 à 16 ans, mais en plus des associations féminines, à commencer par des enseignantes, font la promotion de la scolarisation des filles.

Par ailleurs, des « success stories » au féminin contribuent à l’évolution des mentalités. Depuis les années 1970, des femmes occupent des postes de responsabilité, au gouvernement, à la tête de municipalités, d’établissements scolaires et autres services administratifs. Six femmes ont déjà dirigé de hautes institutions au Gabon, à la Cour constitutionnelle (Marie-Madeleine Mborantsuo), au Sénat (Rose Francine Rogombé et Lucie Milebou Mboussou), au Conseil économique et social (Georgette Koko) et à la Médiature de la République (Jeanne Manomba Kombila et Laure Olga Gondjout).

Il faut espérer que le pli a pris définitivement, le Gabon s’étant doté d’une loi sur les quotas de femmes aux postes de responsabilité.

Elzo MVOULA

Article du 2 août 2021 - 2:13pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !