Grèves dans les Régies financières : un problème insoluble ?

Par Brandy MAMBOUNDOU / 17 nov 2021 / 0 commentaire(s)
Ali Bongo et Rose Christiane Ossouka Raponda lors de leur entretien le 15 novembre 2021.

Sous tension permanente, les mamelles de l’Etat sont, apparemment, coincées dans une spirale sans issue. Et pourtant, si le dialogue était l’apanage des deux camps, il y a longtemps que la sérénité serait revenue dans les services financiers de la République. Est-ce trop tard ?

Personne ne peut se réjouir de la situation globale du Gabon, actuellement. Au pire, il a amorcé une dangereuse descente aux enfers ; au mieux, il stagne. Dans l’un ou l’autre cas, c’est loin d’être une bonne nouvelle pour les générations actuelles et futures. Tant la Nation doit être dynamique. Mais, elle est secouée, profondément, dans ses fondamentaux. Les interminables grèves dans les Régies financières symbolisent cette Nation, désormais sans repères ni âme.

Aujourd’hui plus qu’hier, le moindre signe de décrispation est invisible. Pas tout à fait ! Pour la première fois, publiquement, la cheffe du gouvernement, au sortir de son audience lundi dernier avec le président de la République, est venue dire aux Gabonais que, entre autres, la tension dans les Régies financières a été évoquée au cours de cette rencontre. « Nous avons, a rapporté Rose Christiane Ossouka Raponda à la presse, fait le point de l’actualité nationale de notre pays. Le chef de l’Etat est rentré le week-end dernier. Il fallait qu’il soit informé de tous les aspects économiques et sociaux (…) les tensions qui existent au niveau de l’Education nationale et des régies financières ».

Justement, en parlant des régies financières, la situation est explosive. Si depuis quelque temps, Pulchérie Matteya de l’intersyndicale des Douanes et Carlos Roberto Otounga de la confédération des syndicats des régies financières et administrations assimilées (Cosyref) étaient seuls sur le pont, la Fecorefi risque de les rejoindre dans les tout prochains jours. Sylvain Ombinda Talheywa III et ses pairs de cette puissante fédération ont déposé, depuis lundi dernier, un préavis de grève générale illimitée des collecteurs des régies financières. Ils comptent passer à la vitesse supérieure de leur mécontentement le 24 novembre prochain si « le paiement sans condition et sans délai du mois de février 2021 » n’est pas acté ; si « la poursuite des régularisations des situations administratives » est bloquée ; si « le nettoyage du fichier des primes, suite au résultat de l'audit des personnels des régies financières » est inopérant.

A la vérité, croit savoir la clameur populaire, le problème tel qu’il est posé est très facile à solutionner. Il suffit d’une concertation entre les partenaires sociaux avec le gouvernement pour trouver une solution consensuelle.

Dess BOMBE

Article du 17 novembre 2021 - 11:09pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !