Inquiétant remous du Conseil national de sécurité : François Banga Eboumi auditionné à la DGR

Par Brandy MAMBOUNDOU / 13 oct 2021 / 0 commentaire(s)
Banga-Eboumi

L’ancien patron de ce service de renseignements a passé presque toute la matinée de lundi dernier devant les enquêteurs au Camp Roux à Libreville. Officiellement, une affaire de 43 millions de Fcfa de matériel informatique non-livré serait à l’origine de l’interpellation. En vérité, sa position radicale contre le pouvoir ne serait pas étrangère à cette procédure.

L’homme connaît très bien le milieu. Après avoir passé une huitaine d’années en qualité d’ambassadeur du Gabon au Maroc, avec en prime une décoration par le Roi Mohamed VI lui-même, François Banga Eboumi est nommé secrétaire général du très redouté Conseil national de sécurité (CNS), le service de renseignements généraux rattaché à la présidence de la République. Nous sommes en 2012, la suite est connue de tous : patriote dans l’âme, ce Gabonais jovial au tempérament affable n’a pas accepté qu’Ali Bongo abandonne le Gabon aux mains de la légion étrangère cornaquée par Maixent Accrombessi, qui en a pillé outrageusement les derniers publics pour devenir plus tard l’une des fortunes du Bénin.

Le temps a passé, des traces seraient restées de ces années-là qui semblent accoucher d’un présent fertile en monstruosités « inventées » pour effrayer cet homme désormais à abattre. Ainsi, lundi dernier, François Banga Eboumi a été rattrapé – espéraient ses ennemis tapis dans des offices lugubres de la République - par son passage à la tête de « cette nébuleuse » dont les seuls faits d’armes, dans la conscience collective, restent la traque et le harcèlement des Gabonais opposés à la dangereuse conduite des affaires publiques en cours, et non à la protection des enfants de ce pays, du Gabon, de ses intérêts et la valorisation de l’espace public. Ni plus ni moins, il a été convoqué à la DGR par les enquêteurs sur une affaire de facture payée mais dont le matériel n’a pas été livré.

Ici décoré par le Roi du Maroc.

Le matériel informatique et les caméras de surveillance

Selon une source proche de la Direction générale des recherches (DGR) « une somme de 43 millions de Fcfa a été décaissée du Trésor public en 2013, mais le matériel informatique et les caméras de surveillance censés avoir été acquis par cette transaction sont introuvables aujourd’hui ». Lors de la séance de confrontation entre François Banga Eboumi et l’opérateur économique, il a été clairement établi que les deux hommes ne se connaissaient pas. En clair, l’ex Sg du CNS n’a apposé sa signature nulle part sur les documents et n’a pas souvenance, huit ans après, d’avoir instruit un tel dossier. Alors, pourquoi a-t-il été convoqué ? La DGR ne ferait-elle pas d’amalgame « volontaire » avec Laurent Nguetsara Lendoye, son successeur à la fonction sur ce dossier ?

A l’observation, croit savoir la clameur populaire, François Banga Eboumi serait tout simplement victime d’un harcèlement du pouvoir en place, lequel tient en horreur tous ceux qui dénoncent sa mauvaise gouvernance des affaires publiques. Pour mémoire, un 14 juillet – fête nationale de la France, tout un symbole ! – 2 016 l’ex-ambassadeur du Gabon au Maroc prenait la parole, au nom des « Altogovéens libres », à la Chambre de Commerce de Libreville pour tirer à boulets rouges sur Ali Bongo et ses amis, dont la gestion décriée partout et par tous devenait intolérable. Au cours de sa diatribe, il relevait notamment « l’irresponsabilité, l’incompétence, l’amateurisme et la mauvaise gouvernance » du régime. Avant d’enfoncer : « sur le plan humain, le Haut-Ogooué est la seule province dont l’homme a été considéré comme un supplétif destiné à protéger un «pouvoir» dont il ne tire aucun bénéfice supérieur à celui des autres provinces du pays». Il ne disait pas faux, mais il est des vérités qu’en certains lieux on n’aimerait pas entendre.

Aussi, par cette manœuvre d’intimidation qui ne dit pas son nom, François Banga Eboumi ne paierait-il pas aujourd’hui son positionnement ? « Les batailles des orphelins sont menées par Dieu !!!! » Dit-on prosaïquement dans le Haut-Ogooué.

Elzo Mvoula

Article du 13 octobre 2021 - 6:54pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !