Kenya : le fraudeur Global Interjapan (Kenya) Limited sanctionné par la BAD

Par Elzo MVOULA / 25 fév 2021 / 0 commentaire(s)
Le president de la BAD, Akinwumi Adesina.

La Banque africaine de développement ne badine pas avec les règles d’éthique et de déontologie. Elle vient d’exclure, pour 36 mois, cette société pour « pratiques frauduleuses » lors d’un appel d’offres du Projet d’irrigation à petite échelle et de valeur ajoutée cofinancé par la Banque au Kenya.

Le milieu des affaires est-il impropre à la promotion des valeurs d’éthique ? La désormais affaire « Global Interjapan (Kenya) Limited » au Kenya donne un début de réponse à cette interrogation. Et pour cause, selon un communiqué parvenu à notre rédaction, Global Interjapan (Kenya) Limited, une société de génie civil enregistrée au Kenya, est exclue depuis le 24 août 2020 et pour 36 mois des sociétés soumissionnaires de la Banque africaine de développement (BAD).

« Une enquête, peut-on lire dans ce communiqué, menée par le Bureau de l'intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque a révélé que l’entreprise Global Interjapan (Kenya) Limited s’était livrée à des pratiques frauduleuses lors d’un appel d’offres du Projet d’irrigation à petite échelle et de valeur ajoutée cofinancé par la Banque au Kenya. » Conséquence, désormais Global Interjapan (Kenya) Limited et ses affiliés sont « inéligibles à participer à des projets financés par le Groupe de la Banque pendant la période d'exclusion ».

Plus grave, précise le communiqué, « l'exclusion peut faire l'objet d'une exclusion croisée par d'autres banques multilatérales de développement en vertu de l'Accord pour l'exécution mutuelle des décisions d'exclusion, notamment la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque interaméricaine de développement et le Groupe de la Banque mondiale ». Au terme des 36 mois d’exclusion, Global Interjapan (Kenya) Limited et ses affiliés deviendront à nouveau « éligibles à participer aux projets financés par le Groupe de la Banque sous réserve de la mise en œuvre d’un programme de conformité à l’intégrité qui soit conforme aux directives de la Banque », indiquent les responsables de la BAD.

Ce projet, cofinancé par la Banque africaine de développement, une entité du Groupe de la Banque africaine de développement, visait à réduire la pauvreté en améliorant la productivité agricole, les revenus et la sécurité alimentaire des habitants de 11 comtés au Kenya.

 

Elzo MVOULA

Article du 25 février 2021 - 12:26pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !