La dignité

Par Brandy MAMBOUNDOU / 19 sep 2022 / 0 commentaire(s)

 

Comme disait-on pour la paix, la dignité ne se mange pas, c'est un état d'esprit qui fixe des limites personnelles ne permettant ni de faire plaisir, ni de se souiller, moins de sombrer dans le CE ridicule pour obtenir une faveur. 
Or, l'état des lieux des familles écoles, églises,  entreprises, syndicats, partis et associations, amours et amitiés ressort que la dignité aura tant maigri sous la pression des touches de la calculatrice du gain. 
Ainsi avons-nous dans les foyers les enfants des patrons de nos conjointes, de nos gardiens ou chauffeurs, des pasteurs, des commerçants du quartier ou du marché. 
Heureusement, avec la sagesse du village en consolation, on se dit tout ça c'est "akoum" c'est-à-dire la richesse. 
Or dans le fond on est meurtri de savoir qu'on a un corps étranger dans la fratrie avec cet enfant très aimé par la mère, un arabe, un calaba, un haoussa, un popo... arrivé en contrepartie d'une promotion, des miettes d'argent, de la friperie...de la nourriture parce que l'argent affecté à la popote est détourné.
À l'école, au secondaire ou au supérieur, ceux qui ont eu ne serait-ce que l'occasion de tenir une classe ont forcément une ou des histoires graves à raconter avec les filles du premier banc, celles qui ne suivent pas et qui sont prêtes à tout pour les notes. 
Quel bonheur pour les enseignants en souffrance quand des jeunes gens s'y associent pour le recouvrement de la taxe du bic rouge c'est-à-dire la mise pour les notes à défaut de payer autrement. 
La conséquence est telle que les employeurs en sont à se demander s'il n'est pas temps de créer un Master 3 tant le 2 est si vulgairement rabaissé qu'on voudrait demander à certains détenteurs comment en sont ils arrivés à l'avoir ?
Profitant de ces insuffisances aggravées en entreprises, on en fait de la chair à canon quand foi des évaluations il n'est malheureusement pas possible de reconduire le contrat. 
Sur ce point, life is a choice c'est-à-dire que la vie est un choix. Quitter une bonne boîte avec un bon salaire pour tout recommencer avec une compétence dénoncée n'est pas donné à tous. La dignité sera alors à rude épreuve. Même avec une compétence en or, les propositions conséquentes frôlent la dignité sur le terrain de l'ambition. 
L'ambition, c'est l'envie naturelle de faire ou d'avoir mieux, d'avancer, d'aller plus haut. Or c'est sur ce terrain qu'il commence à se dire que rien n'est gratuit dans la vie. 
Kdo n'existe pas. 
Les téméraires avanceront plus vite car prêts à tout, sans pitié et sans odeur comme"arata chop die" un raticide vanté par les vendeurs de rue à Yaoundé. 
Ceux qui traînent le pas sauront que la dignité ne se mange pas à l'heure des promotions ou des gratifications avec zéro de zéro. Or, en dépit des petites possessions, la dignité est un gage de liberté et de paix. L'inverse en marge des petits plaisirs apparents est une condamnation muette à des grandes souffrances face à des exigences susceptibles d'entamer le corps, l'âme et l'esprit. Dans nos milieux très pauvres, de nombreux jeunes gens et jeunes filles sont tombés dans les pièges de la vie facile tenus par des monstres venant à les souiller complètement sous couvert des petites possessions ou situations, emplois, logements, argent, nourriture, voyages... 
À la fin, on finit par manquer de sommeil, à fréquenter les prêtres et pasteurs, les nganga et les marabouts parce que, ça ne va plus. L'ambition est bien, laissez nous avancer, mais vous allez où ? Akaaaaaa !!! 
Le plus important n'est pas que d'avancer, il faut toujours savoir d'où l'on vient pour tracer un meilleur sillon de d'où l'on va. Il ne suffit pas de vouloir manger pour prendre des engagements lourds dont seule la mort à l'extrême se présentera comme une délivrance. 
L'argent est un conseiller dont la grande affinité peut finir par ouvrir des mauvaises portes, même celles du mépris des tiers quand on est prêt à tout ou quand on ne recule devant rien de fait ou de pensé pour y arriver. 
En bout de chaîne, on pourrait avoir un accident de quelle que nature que ce soit. Il n'y a pas que l'argent dans la vie il y a aussi la dignité. Or l'érosion de la dignité est telle que tout est faux, la famille, l'amitié, l'amour, les diplômes, l'emploi, les églises, les pasteurs, le baptême, les délivrances, les partis, les syndicats, les associations... 
Ce qui est vrai, ce sont des billets de banque ceinturés BEAC et dont l'accès à un certain niveau nécessite de fondre sa dignité, peu importe la cale d'où la justice vous jettera pour symboliser l'abaissement de la dignité  dans le concert du jugement des hommes.    

 Corneille OLLOMO EKOGA

Article du 19 septembre 2022 - 4:21pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !