La fin

Par Brandy MAMBOUNDOU / 25 juin 2022 / 0 commentaire(s)

 

Anticonstitutionnellement nous disait-on, était le mot le plus long du vocabulaire français. Avec pratiquement le nombre de lettres que l'alphabet, la comparaison avec la fin un petit concept de trois lettres est comme mettre dans un ring, un super lourd et un poids plume. Or, dans l'entendement respectif, si anticonstitutionnellement voudrait juste désigner une ou des pratiques contraires aux exigences constitutionnelles, la fin en signification est aussi large et profonde que l'amour de Dieu proclamé et chanté par le révérend pasteur Prosper Mérimée Mve Ekoga.

La fin est un processus qui intervient en tout, dans la vie et en ce monde. La fin signifie le terme d'une chose quelle qu'elle soit. Aussi dit-on que même les plus belles choses de la vie ont une fin.

Dans certains ou plusieurs processus, la fin a une désignation spécifique.

La fin de la vie c'est la mort,

La fin du travail c'est la retraite, le licenciement ou la démission, voire la mort,

La fin de l'amour c'est la séparation ou la mort,

La fin du mariage c'est le divorce ou la mort,

La fin d'un vol c'est l'atterrissage,

La fin de l'année scolaire donne lieu aux vacances,

Et aussi, pour créer la vie, il faudrait forcément arriver à une certaine fin que la morale ne voudrait pas que l'on désigne absolument. Une fin loin de la tristesse, des échauffourées et des grandes douleurs, mais de plaisir.

Quelle fin allons-nous choisir pour parler de la fin ?

Si la fin de vie est un processus connu de tous à l'avance au point qu'on y fait même des testaments en conscience de ce que la mort frappera absolument, en est-il de même pour le mariage ou en amour par extension ?

Les relents à défaut d'apeurer les candidats au mariage

Le mariage est une étape de construction de la vie au chapitre de bâtir un foyer. Nombreux sont ceux qui hommes et femmes rêvent d'avoir un acte de mariage, un livret bleu ou rose, une grosse et belle bague en or au doigt de la main gauche. D'autres y sont avec des fortunes diverses et des retombées telles que les relents à défaut d'apeurer les candidats au mariage pourraient indirectement conférer sagesse et prudence pour éviter les pièges de destruction de la vie de famille, car la famille est sacrée et reste a priori un processus infini. Il est rare que l'on fasse état d'une famille complètement finie sans subsistance d'une branche.

Alors, se mettre à deux pour bâtir et réussir à créer une famille devrait être assez convaincant pour ne voir la fin que dans les cas extrêmes dont la mort.

Or, l'homme aura beau être l'être supérieur son intelligence s'accroche généralement à l'élémentaire de la compréhension au point que des grands chantiers de construction de vie en viennent à s'écrouler comme des châteaux de cartes comme pour donner une belle signification à la fin.

La force des choses

Or, en dépit de la capacité de résilience habitant certains, comment peut-on rattraper ou retrouver 5, 10, ou 20 ans de vie ? C'est perdu, même si par la force des choses ou par hasard l'on devenait subitement riche, ce pourrait être au crépuscule de la vie, ou en déficience physique sans pouvoir s'accommoder intégralement avec la belle jeune femme qu'on aura épousée en compensation pour panser peut-être sans amour la plaie béante de la vie.

Mais, on va encore faire comment vu qu'il n'est pas bon pour un homme d'être seul ?

De l'autre côté, au-delà d'un certain âge, aller dans un nouveau foyer pour une femme n'a de vision que le maintien de l'équilibre social avec généralement un homme dont l'échéance de l'âge n'a d'exigence qu'un accompagnement sans prise de tête comme dit-on. C'est un vrai contrat dont la douleur du passé impose des grandes concessions au risque de retomber dans le piège de la fin.

S'il peut peut-être arriver que l'on regrette tant d'efforts pour une fin regrettable d'un mariage qui tombe sur le caillou en se brisant comme un œuf, est-ce le cas des aventures amoureuses dont la fin est à l'image d'une fausse couche ?

C'est selon le ressenti.

En amour de ce genre, chacun joue sur le clavier de sa calculatrice. Ainsi, autant la fin est une libération pour les uns engagés dans des processus des engagements sans issue et stériles, autant d'autres en souffrent de la perte de tant d'espoirs cultivés.

Cette fin est normale voire divine, car Dieu voit forcément l'égarement de ses enfants dans les abîmes du mal qu'il leur vient en aide pour retrouver le chemin de ses grâces.

Et c'est la fin.

 Corneille Ollomo Ekoga (Citoyen gabonais)

Article du 25 juin 2022 - 10:36am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !