La vacance du pouvoir : petite leçon de choses

Par Brandy MAMBOUNDOU / 26 mai 2022 / 0 commentaire(s)

 

 

Mensonge et manipulation de la Constitution. L’affaire a été mal embarquée par les radicaux du régime depuis le début, en 2018, pour deux raisons. La première est qu’en lieu et place d’un AVC, la communication présidentielle avait annoncé une fatigue légère. La deuxième est la fabuleuse interprétation de l’article 13 de la Constitution par les juges constitutionnels qui avaient inventé un vide juridique les ayant autorisés à fabriquer « l’indisponibilité temporaire » pour échapper à l’évidente vacance du pouvoir qu’imposait l’état de santé de Monsieur Ali Bongo Ondimba. Toutes ces manœuvres ont fini de convaincre l’opinion publique d’un mensonge d’Etat sur le réel état de santé de Monsieur Ali Bongo Ondimba et sur la farouche volonté des gardiens du régime de piller les textes constitutionnels pour le préserver de tout basculement. Mensonge et manipulation de la Constitution servaient donc la seule cause de la conservation du pouvoir. C’était en 2018. Quatre ans plus tard, la vérité est-elle devenue la logique qui sous-tend l’action du PDG et des institutions de la République ?

Des spectacles avec de mauvais acteurs. A la faveur d’une sortie publique pendant laquelle il a visité quelques chantiers de voirie urbaine, Monsieur Ali Bongo Ondimba a profité de se montrer aux populations librevilloises. L’opération de communication visait à présenter au peuple son empereur que d’aucuns pensent frappé d’incapacité à gouverner. L’Union nationale et Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, Vice-président de ladite formation politique, en ont appelé à la déclaration de la vacance du pouvoir. Et évidemment, l’effet pavlovien n’a pas épargné Philippe Nzé, secrétaire général adjoint du PDG et pas moins chargé de la riposte, et Alain Claude Bilie-By-Nzé, ramené à sa charge naturelle de parolier d’artistes jamais bons artistes. L’armada déployée contre Jean Gaspard Ntoutoume Ayi montre combien la question de la vacance du pouvoir est gênante. Et pour le comprendre, il faut revenir à quelques mois plus tôt, au 12 mars 2022. Que s’est-il passé ce jour-là ? Le PDG a repris ses grandes kermesses populaires pour fêter l’anniversaire d’un parti travaillant à la gloire de Bongo et descendants. Mais en ce jour de l’an 2022, l’intérêt du parti de masse est d’afficher la fidélité au grand manitou et d’en appeler à sa candidature pour la présidentielle de 2023.

A l’évidence, des ordres sataniques ont envahi la société, les arcanes du pouvoir, les technocrates et tout cela avec la complicité perverse d’une population qui voit tout et qui, faute de se donner les moyens d’agir, tolère que Satan l’emporte sur leurs valeurs. Car, qu’est-ce qui fait que, lors d’une apparition spectrale, une femme, mère de famille, puisse chanter et faire reprendre en chœur de tels propos : « papa est venu, chocolat et bonbon » ? Qu’est-ce qui possède autant de gens au point de trouver normal un tel déchaînement ? D’où provient la foi en ce spectacle, en ce spectre, au point de provoquer un tel délire qu’ils trouvent normal ? Si Satan n’a pas pris possession d’eux, c’est que l’un de ses agents l’a fait, en l’occurrence l’argent et l’obscurantisme.

La riposte sans argument. Michel-Philippe Nzé croit savoir que la question de la vacance du pouvoir n’est plus d’actualité au motif que la justice en a dit le fin mot de l’histoire. Le collectif Appel à agir auquel appartient aussi Jean Gaspard Ntoutoume Ayi avait en effet porté l’affaire en justice pour que soit autorisée une évaluation des capacités cognitives de Monsieur Ali Bongo Ondimba. En dehors d’une attaque ad hominem, le chargé de la riposte au PDG se trompe quand il se réfère à la décision de la justice qui ne s’est jamais prononcée sur le fond du dossier, mais seulement sur l’exception dont jouit Ali Bongo en tant que chef de l’Etat. La justice n’a pas dit qu’Appel à agir avait tort de douter des capacités d’Ali Bongo ; elle a seulement dit que Ali Bongo, en tant que chef d’Etat, n’est pas un justiciable comme les autres et ne peut donc être traîné devant les tribunaux ordinaires. Pour soumettre Monsieur Ali Bongo à l’expertise médicale souhaitée, il faut convoquer la Haute Cour de justice, seul tribunal compétent à connaître des affaires du chef de l’Etat. Mais, au regard de la loi, la maladie ne constituant pas un crime reprochable au président de la République, ne pouvait justifier un recours à cette juridiction dont la convocation aurait de toute façon été impossible.

La question qui se pose est maintenant celle-ci : est-il toujours pertinent d’en appeler à la vacance du pouvoir ? Dans les conditions actuelles, à supposer que la vacance du pouvoir soit déclarée, cela ne profiterait même pas à Jean Gaspard Ntoutoume Ayi. A nouveau, Michel-Philippe Nzé se trompe donc quand il affirme que le vice-président de l’Union nationale voulait se mettre en vedette. Pire, le cerveau n’est pas plus éclairé lorsqu’il répète avec une naïveté déconcertante que la bêtise persiste toujours. Car de quel côté se trouve la bêtise dans cette affaire ?

Ali Bongo est malade, et ça se voit. La promenade de Monsieur Ali Bongo a provoqué un déversement de mots, d’attitudes et de comportements compassionnels. C’est de l’ordre naturel des choses, nul ne peut rire du malheur de son prochain, de son compatriote, du président de la République qu’on exhibe dans cette méforme surtout quand il s’agit du Chef suprême des armées. Car, puisqu’il est encore permis de se souvenir, le 7 janvier 2019, le lieutenant Kelly Ondo avait tenté un coup d’Etat qu’il a justifié par l’insupportable sentiment d’indignité de voir son Chef traîner dans cet état.

Sans faire injure à quiconque, ni blesser la fierté de qui que ce soit, la vacance du pouvoir est d’actualité. Et elle l’est d’autant plus que même les thuriféraires du régime ont trouvé important de modifier la Constitution pour tracer le scénario qui leur conviendrait au cas où l’histoire la plus vraisemblable nous conduirait à cette fin. Michel-Philippe Nzé ne l’ignore pas, ni même Bilie-By-Nzé. Nous parlons du chef de l’Etat, de la clé de voûte de nos institutions, pas d’Ali Bongo. Le chef de l’Etat doit pouvoir être effectivement chef et exercer sa chefferie. Et le peuple doit effectivement croire que le chef est vraiment le Chef. Or, une bonne partie du peuple ne croit plus que Monsieur Ali Bongo est encore le Chef. On me répondra sans doute que la croyance n’engage que ceux qui la portent. Non. Le moteur du pouvoir est la croyance collective en son effectivité. Cette croyance est à l’origine de la soumission volontaire à l’égard du Chef. Et il ne faut surtout pas confondre la soumission aux mécanismes de contrôle des citoyens mis en place par le régime et la soumission au Chef. Bien enracinée, la structure du pouvoir sait imposer la discipline même quand il n’a pas de chef. Tel a été le cas, lorsqu’un certain Brice Laccruche Alihanga s’est prévalu du titre de « Messager » du « Distingué Camarade » et que les Bilie-By-Nzé et autres proches l’ont accompagné dans ce délire.

L’autorité appelle la crainte et le respect, jamais la compassion. Quand la compassion régit le rapport à l’autorité, cela signifie que l’autorité est tombée ; précisément, cela signifie que la personne qui l’incarnait encore ne peut plus l’incarner. La question est politique et morale, et la justice ne s’est pas prononcée sur le sujet. Pas plus qu’elle ne s’est prononcée sur le fait qu’on puisse soumettre Monsieur Ali Bongo à l’expertise médicale devant déterminer la qualité de ses capacités cognitives.

Une candidature hors de saison. La kermesse du PDG le 12 mars à Libreville, puis en différé dans les provinces, malgré les mobilisations dont elle s’est fait le spécialiste, n’impressionne personne, pas même ceux qui y étaient. Appeler à la candidature d’Ali Bongo à la présidentielle de 2023 est hors de saison. Steeve Nzegho Dieko, Secrétaire général du PDG, n’est pas loin de le comprendre puisqu’il a invité les courtisans à cesser leurs bassesses. Si les PDGistes ont raison de soutenir leur chef, victime d’un AVC en 2018, quoi de plus normal ! Comme d’autres personnes en détresse, Monsieur Ali Bongo mérite le soutien moral de ceux qui l’aiment. Mais en l’état des choses, ceux qui l’aiment ont aussi déjà compris que son état de santé ne lui permet pas de se présenter à sa propre succession, puisqu’il n’arrive même pas à commander son second mandat. Ceux qui l’aiment ont aussi le devoir de le lui dire et l’impératif moral de débusquer et dénoncer ceux qui instrumentalisent Ali Bongo.

Préparer de vrais scrutins électoraux. Dire ainsi les choses ne signifie pas que le nouveau rapport induit par l’absence d’Ali Bongo à la présidentielle de 2023 soit favorable à l’opposition, le PDG ayant d’autres figures capables de mener la barque à la bonne destination, dans l’ordre ou dans le désordre, puisque tel est le principe de la victoire instruit par Omar Bongo. Le plus certain est que le PDG aura un candidat à la présidentielle, ce ne sera probablement pas Monsieur Ali Bongo, et l’opposition aura ses candidats, puisqu’il est dans son ADN de croire en la démocratie. En demandant à l’Union nationale de présenter un projet plutôt que de s’intéresser à la santé de son Distingué camarade, Bilie-By-Nzé tente une pirouette qui ne marche pas. Même avec le meilleur projet du monde, si le PDG n’a pas soigné ses maladies, celles relatives à la fraude et aux bombes lacrymogènes, aucun parti de l’opposition ne pourrait prendre le sceptre du pouvoir contre n’importe lequel de ses candidats. C’est donc parce qu’il est assuré que le rouleau compresseur frauduleux et meurtrier du régime garantit la conservation du pouvoir qu’il se permet d’orienter l’UN vers un projet de société et le prochain scrutin présidentiel. Mais à ce jeu, l’histoire peut connaître un retournement. C’est mon intime conviction et nous travaillons au retournement de l’histoire.  

Maître de Conférences à l’Université Omar Bongo, membre de la société civile, membre du Club 90

Prof Noël Bertrand Boundzanga

Article du 26 mai 2022 - 12:51pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !