Lettre d’outre-tombe : Message d’une patriote passée de l’autre côté du rideau

Par Brandy MAMBOUNDOU / 17 fév 2022 / 0 commentaire(s)
Daniella Angué de son vivant.

Affectée depuis près de deux ans dans le cadre de sa profession d’enseignante, qu’elle avait voulu pratiquer comme un sacerdoce et par patriotisme, Daniella Angué, une martyre de la République, a laissé ce mardi 15 février 2022, un message à fendre le cœur de tous les patriotes du Gabon et même de toute l’Afrique.

Daniella a donné sa vie « gratuitement » pour la cause de sa patrie, qui ne lui sera certainement jamais reconnaissante. Combien de Daniella Angué sont mortes dans l’anonymat, parce que voulant apporter sa pierre à la construction de la Mère Patrie ? Combien sont les Daniella Angué qui frôlent quotidiennement la mort au service de leur nation ? Cette sœur, désormais de tous les Gabonais, vient de s’en aller au grand regret de sa famille. Combien de Daniella Angué devront encore périr pour une nation dont les dirigeants n’en connaissent que les intérêts qu’ils en tirent ?

Nous reprenons in extenso ce message très émouvant pour les patriotes qui, comme elle, croient qu’un jour nouveau se lèvera dans ce pays pour le bonheur de ses enfants. Lecture. Même en larmes, posez-vous les bonnes questions à la fin de ce brûlot adressé à tous ceux qui se reconnaissent comme des patriotes du Gabon.

« Bonjour à tous, vous ne me connaissez certainement pas mais je vais me présenter à vous.

Je suis #DaniellaANGUE, diplômée en philosophie de l'école normale supérieure. Affectée en décembre 2020, je n'ai malheureusement jusque-là JAMAIS perçu un centime. Je ne suis pas seule dans cette situation, mais ma situation à moi est particulière car aujourd'hui je ne suis plus des vôtres. En effet, rongée par la maladie et dépourvue du moindre sou, je me suis résolue malgré moi à faire la grande traversée. Je suis partie, vous me manquez déjà.

Bref, assez parlé de moi. La situation que j'ai vécue ces 14 derniers mois est celle de près de 400 autres amis et collègues de l'école normale supérieure. Abandonnés, appauvris et méprisés, certains n'ont simplement pas la grâce de mourir car ce que nous subissons est inhumain. Toutes ces études, ces efforts, ces espoirs à l'eau. Avoir un Bac +5 et ne pas être capable de se soigner, de se nourrir, de se loger, c'était cela notre condition. Aujourd'hui, j'en suis soulagée.

J'ai toujours aimé mon pays, j'ai toujours voulu le servir. Je me voyais enseigner la philosophie quelque part dans le Gabon, je me voyais parler de Nation, de Conscience, de Religion, de Pouvoir... à ces enfants qui en ont besoin. Hélas, je m'en vais avec tout. Ma carrière s'arrête avant d'avoir commencé, je n'avais pas d'argent pour me faire soigner convenablement.

En 2022, des gens travaillent sans être payés, l'État nous a abandonnés. Souvenez-vous de moi, gardez de moi le meilleur. Ne laissez plus aucun des nôtres mourir, plus aucun.

ADIEU »

C’est avec le cœur meurtri de douleur, les yeux pleins de larmes et l’âme au bord de la défaillance que la Rédaction de “Gabonclic.info” te lance ce cri d’adieu : « Daniella Angué, paix à ton âme, désormais immortelle pour ta patrie que tu as chérie jusqu’au dernier souffle. Repose en paix auprès de nos ancêtres qui t’ont devancée. Intercédez pour ceux qui restent à traverser ce long fleuve rempli de prédateurs. Un jour viendra où les enfants de cette Nation, la main dans la main, oignent d’humanisme, seront en responsabilité des attentes des Gabonais. C’est triste ! »

Vichanie MAMBOUNDOU

Article du 17 février 2022 - 9:11pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !