Mali : 49 militaires ivoiriens considérés comme des « mercenaires » à Bamako

Par Brandy MAMBOUNDOU / 14 juil 2022 / 0 commentaire(s)
Les deux chefs d'Etat devraient user de diplomatie pour éviter l'escalade.

Dans un communiqué publié le lundi 11 juillet 2022, le gouvernement, à travers son porte-parole Colonel Abdoulaye Maïga, a informé que le dimanche 10 juillet 2022, entre 11 heures et 13 heures, deux aéronefs, en provenance de la République de Côte d'Ivoire, transportant quarante-neuf (49) militaires ivoiriens avec leurs armements et munitions de guerre, ainsi que d'autres équipements militaires, ont atterri à l'Aéroport International Président Modibo Keïta Sénou.

En effet selon le communiqué, qu'il a été établi que, « les quarante - neuf (49) militaires ivoiriens se trouvaient illégalement sur le territoire national du Mali. Par conséquent, ils ont été immédiatement interpellés et leurs armements, munitions et équipements ont été saisis ».

Après des premiers contacts effectués, « Ces militaires dont une trentaine des forces spéciales, étaient en possession d'armes et de munitions de guerre, sans ordre de mission ni autorisation, la profession réelle des militaires était pour la plupart dissimulée », a expliqué le communiqué. Poursuivant que sur la majorité des passeports des militaires interpellés, les professions inscrites étaient notamment des étudiants, chauffeurs, maçons, mécaniciens, vendeuses, électriciens, vigiles, peintres.

Selon le porte-parole du gouvernement, Colonel Abdoulaye Maïga, les militaires interpellés pour justifier leur présence sur le territoire malien, ont avancé quatre versions, à savoir : « la mission confidentielle, la rotation dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA), la sécurisation de la base logistique de la compagnie aérienne « Sahelian Aviation Services » et la protection du contingent allemand ».

Toutefois, le ministre porte-parole du gouvernement a expliqué que pour en savoir davantage, « des responsables des Forces de Défense et de Sécurité maliennes ont contacté immédiatement leurs homologues ivoiriens. Ces derniers ont affirmé qu'ils ignoraient tout de la présence des militaires ivoiriens interpellés au Mali ». En outre, « interrogée par les autorités maliennes, la MINUSMA a indiqué qu'elle n'avait pas de rotation prévue, le 10 juillet 2022 », selon colonel Abdoulaye Maïga.

Au regard de ces manquements et infractions commis dans le cadre du déploiement de ces quarante-neuf militaires ivoiriens, le gouvernement de la Transition les a considérés comme « des mercenaires », tels que définis par la Convention de l'OUA sur l'élimination du mercenariat en Afrique. « Le dessein funeste des personnes interpellées était manifestement de briser la dynamique de la Refondation et de la sécurisation du Mali, ainsi que du retour à l'ordre constitutionnel », a-t-il affirmé.

Cependant, en réponse à cet incident, selon le communiqué du ministre Abdoulaye Maïga, le gouvernement de la Transition a décidé de : « Mettre fin, avec effet immédiat, à l'activité de protection de la Compagnie aérienne « Sahelian Aviation Services » par des forces étrangères et exiger leur départ immédiat du territoire malien ».

Hamadoun Alphagalo (De notre correspondant permanent au Mali)

 

Article du 14 juillet 2022 - 9:19am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !