Mali : La situation sécuritaire se détériore au pays Dogon

Par Brandy MAMBOUNDOU / 06 juil 2022 / 0 commentaire(s)
Le mouvement Baguine So de Hamidou Djimdé interpelle les autorités de la Transition sur les pertes en vies humaines enregistrées dans le pays Dogon.

Au Mali, le mouvement Baguine So a animé une conférence de presse le dimanche 3 juillet 2022 à la maison de la presse. Le but de cette conférence était, pour les organisateurs, d'entretenir les journalistes sur l'évolution de la situation sécuritaire au Pays Dogon, dans le centre du pays.
Pour le président du mouvement Baguine So, Hamidou Djimdé, contrairement à ce que les gens pensent, la situation sécuritaire demeure préoccupante au Pays Dogon. « On nous parle de la montée en puissance de l'armée nationale, nous n'en disconvenons pas, mais, malheureusement, nous assistons également chez nous à une montée en puissance des terroristes. C'est une triste réalité que nous vivons, le peuple malien doit savoir », a déclaré le conférencier Hamidou Djimdé. 
Le président Djimdé est inquiet. Il dit que la cherté des céréales est due à l'insécurité car, depuis de très longues années, les cultivateurs n'ont pu effectuer les travaux champêtres. « En début d'hivernage, la menace terroriste pèse lourdement sur plusieurs de nos villages. Des populations qui ne demandent qu'à vivre dignement et en paix sont simplement chassés par les terroristes, et cela, sans aucune raison valable. Elles sont désemparées et ne savent pas que faire et où aller », a-t-il déploré.

Les militants de Baguine So ont réitéré leur soutien indéfectible à l'armée nationale et aux autorités de la transition. Ils ont également demandé la collaboration entre les FAMA et les groupes armés loyalistes. « Si l'armée détruit certaines bases terroristes, ces groupes armés fidèles à la République pourront assurer la protection des populations civiles », a indiqué Hamidou Djimdé. Il a ajouté : « Nous avons vu toutes les sortes de morts, celle des femmes enceintes, des enfants, des vieilles personnes ». Une situation qui, dit-il, ne peut plus continuer.
Concernant le recrutement spécial des milices autodéfense dans l'armée, ce qui se passe est indigne du nouveau Mali, pense-t-il. « La corruption gangrène le processus du recrutement spécial, chose qui ne ressemble pas à un nouveau Mali tant attendu par les Maliens »
, a-t-il poursuivi.

Dans la lutte contre les terroristes, le président Djimdé dit que la jeunesse Dogon est prête si l'armée sollicite son aide. « Nous pouvons donner la liste des nids des terroristes », a-t-il déclaré.

Almaould Ongoïba, Secrétaire administratif du Mouvement autodéfense Danan Ambassagou a, quant à lui, rappelé que si le terrorisme n'a pas d'ethnie ni de race, au Mali, 98 % des terroristes sont peulhs. « La situation actuelle au pays Dogon doit interpeller le monde entier », a-t-il affirmé.
Pour sa part, le président du Collectif des associations des jeunes du pays Dogon a donné des chiffres relatifs aux pertes en vies humaines dans l'attaque intervenue dans la commune de Diallassagou, cercle de Bankass, au centre du pays. « 297 veuves identifiées, et 481 morts, les enquêtes se poursuivent pour déterminer les chiffres exacts des personnes tuées dans cette attaque », a-t-il affirmé.

Hamadoun Alphagalo (de notre correspondant permanent au Mali) 

 

 

Article du 6 juillet 2022 - 10:55am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !