Mic-Mac à l’Enseignement supérieur: Fauché, le gouvernement abandonne les étudiants

Par Vichanie MAMBOUNDOU / 19 mar 2021 / 0 commentaire(s)
Patrick Mouguiama-Daouda, après avoir rêvé de ce poste ministériel, est incapable de créativité.

Même dans la tempête financière, et malgré les retards, sous Omar Bongo, ses gouvernements successifs ont toujours versé la bourse aux étudiants méritants. Au début de son premier mandat, Ali Bongo avait décidé d’étendre la liste des étudiants bénéficiaires des bourses de l’Etat gabonais. Ceux-ci étaient contents… Mais cela n’a duré que le temps d’une…rose.

Le secrétaire général de l’Enseignement supérieur a invité en début de semaine dernière, les étudiants orientés dans les établissements privés à se rapprocher de ses services. Une fois sur place, il leur a été signifié l’impossibilité pour le gouvernement de payer leur scolarité. Frédéric Mambenga Ylagou, le SG en question, les a donc invités à s’inscrire dans les universités publiques, notamment à l’Université Omar Bongo qui, selon Ali Bongo, Julien Nkoghe Bekale et même Patrick Mouguiama-Daouda, forme des chômeurs.

Un véritable tais- toi à la fameuse taskforce de l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur et de l’Education nationale, qui se croyait bien compétent lorsqu’il se trouvait hors du gouvernement. Avant qu’on ne lui cède ce qu’il a toujours demandé. La formule où l’Etat payait les études aux étudiants inscrits dans les écoles privées est caduque, au regard de la détérioration des finances publiques et des priorités de Rose Christiane Ossouka.

Plusieurs fondateurs d’établissements s’étaient enrichis grâce à cette stratégie inaugurée sous l’ère de Séraphin Moundounga. A l’époque, l’argent débordait tellement de ses caisses que l’Etat s’est mis même à payer les salaires des joueurs des clubs de football. Et la bourse était versée à tous les bacheliers gabonais, quelles que soient leurs moyennes annuelles en Terminale. Les premiers à souffrir de cette folie dépensière sont les jeunes censés être l’avenir du Gabon. Comble de malheur, le document sous vos yeux est loin d’être de nature à rassurer les uns et les autres.

 

Vichanie MAMBOUNDOU

Article du 19 mars 2021 - 5:08pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !