Raymond Ndong Sima décrit un Woleu-Ntem à « l’agonie »

Par Nicolas NDONG ESSONO / 20 juil 2022 / 0 commentaire(s)
A quoi lui a-t-il servi d'être Premier ministre d'Ali Bongo s'il n'a pu même résoudre le problème de la production d'électricité au Gabon?

Ce lundi 18 juillet 2022, Raymond Ndong Sima, l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016, est à nouveau sortie de sa réserve. L’ancien membre du système Bongo-PDG qui a fini par se braquer en devenant opposant a fustigé la situation précaire de ses compatriotes dans le nord du pays.

Le Woleu-Ntem paie-t-il son manque d’amour pour le système Bongo-PDG ? L’analyse faite par l’économiste de formation et ancien chef du gouvernement sous l’ère d’Ali Bongo semble confirmer cette hypothèse. Oyem, Mitzic, Minvoul Medouneu et Bitam seraient réellement loin d’être les « Etats-Unis » tant vantés par les populations de cette province. Raymond Ndong Sima s’explique. « Depuis des semaines, des mois, des années, on vit de coupures dans la ville d'Oyem et sur les axes qui ont été électrifiés. Chacun s’est habitué à une indisponibilité alternée de l’électricité par zone, par quartier. Même la zone sécurisée au centre-ville n'existe plus », s’indigne-t-il.  

Autre problème, les populations consomment des nourritures avariées, conséquence des coupures intempestives d’électricité. « Comment s’étonner après les décongélations puis recongélations et décongélations dûes à ces coupures intempestives des augmentations de cancer, accident vasculaire cérébral et de toutes ces autres maladies provoquées par la consommation de nourriture avariée dont les commerçants ne veulent pas et ne peuvent pas assurer la perte financière ?  Alors ils continuent à vendre ces produits toxiques », a-t-il dénoncé. Avant d’indiquer que le nord du Gabon deviendrait chaque jour un peu plus la risée des provinces voisines des deux pays limitrophes avec son tronçon routier similaire à un champ d’éléphant. À cela s’ajoute l’état des structures hospitalières où plusieurs malades pourraient y perdre leur vie s’ils ont la malchance de subir une opération durant une coupure d’électricité.

Aujourd’hui, avec la mondialisation, le gouvernement gabonais gagnerait à développer cette localité du pays laissant un peu l’orgueil et les rancœurs de côté car, il s’agit des Gabonais. A la vérité, la situation calamiteuse que vivent les Woleu-ntémois n’est pas isolée. Au Sud du Gabon, dans des localités comme Mimongo, Mbigou, Malinga, ce n’est guère mieux. A Libreville même, les coupures d’eau sont devenues récurrentes que les citadins ne savent plus quoi en dire. Des questions se posent sur les réelles intentions du chef de l’Etat Ali Bongo quand il dit vouloir briguer un troisième mandat.   

Vichanie Mamboundou

 

Article du 20 juillet 2022 - 10:57am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !