Régies financières: Pourquoi la Fécorefi a-t-elle quitté la table des négociations avec le gouvernement ?

Par Brandy MAMBOUNDOU / 03 aoû 2021 / 0 commentaire(s)
Sylvain Ombindha Talheywa.

I°/ DE LA MISE EN PLACE DU COMITE TECHNIQUE

Le comité technique, organe du comité de coordination, a été mis en place par arrêté n°2021/MER/MBCP/MPGH du 20 avril 2021 en application des dispositions du décret n°00429/PR/PM du 24 décembre 2020 instituant une Prime à la Performance Budgétaire.

Ce comité a pour mission d’administrer la Prime à la performance budgétaire et de s’assurer la bonne application du décret cité plus haut.

II°/ DES POINTS DE DIVERGENCES

En février 2021, au nom du strict respect du décret signé par le président de la République, chef de l’Etat, le ministre de l’Economie et de la Relance ainsi que son collègue du Budget et des Comptes publics ont justifié le non-paiement de la Prime à la performance budgétaire (PPB) par la non-atteinte des objectifs assignés aux Régies financières.

Un véritable balai médiatique s’en est suivi où chaque ministre ne ménageait aucun effort pour montrer que la signature du chef de l’Etat était de stricte application.

Cela a été l’occasion, pour la Fédération des collecteurs des régies financières (FECOREFI) et l’ensemble des syndicats des ministères concernés par la question des primes (Economie et Relance, Budget et Comptes publics, Pétrole, gaz et hydrocarbures), de rappeler ce décret n° 00429/PR/PM du 24 décembre 2020 portait en lui-même les germes de sa propre destruction et mettait en mal la signature du chef de l’Etat.

Pour exemple, la décision de ne pas payer le mois de février 2021, au motif de la non atteinte des objectifs, était en totale violation des dispositions de l’article 16 alinéa 2 dudit décret.

Le président de la République, chef de l’Etat, a également signé un deuxième décret, en l’occurrence le décret n° 00428/PR/PM du 24 décembre 2020 fixant les modalités d’évaluation et d’attribution de l’Intéressement spécifique servi aux agents des administrations des Douanes, des Impôts, du Trésor et des Hydrocarbures.

Les dispositions des articles 2 et 11 de ce décret prévoient un intéressement spécifique en cas de dépassement des objectifs trimestriels assignés aux Régies financières. Cet intéressement doit être payé et donc exigible dès le 15 du mois qui suit la fin du trimestre.

La FECOREFI, en sa qualité de membre statutaire du comité technique des négociations avec le gouvernement, a saisi à plusieurs reprises la présidente du comité de Coordination, par ailleurs ministre de l’Economie et de la Relance, ainsi que son vice-président, ministre du Budget et des Comptes publics à l’effet du strict respect de la signature du chef de l’Etat, en appliquant strictement ces dispositions.

Toutes ces saisines et autres préoccupations n’ont reçu de réponse, de la part de la présidente du Comité de coordination et ses collègues vice-président, qu’un silence méprisant.

Bien qu’ayant largement dépassé les objectifs trimestriels, et que l’intéressement spécifique aurait dû être payé au plus tard le 15 juillet 2021, les agents des administrations collectrices des régies financières (Douanes, Impôts, Hydrocarbures et Trésor) n’ont rien reçu dans ce sens.

C’est à raison que la FECOREFI se demande si l’application stricte de la signature du chef de l’Etat ne se fait que lorsque cela occasionne frustration, tristesse et animosité envers le président de la République sur fond de démobilisation et démotivation des agents.

Ces ministres veulent-ils nous faire comprendre que la signature du chef de l’Etat ne s’applique que lorsqu’il faut priver les Gabonais d’un peu de gaieté et de jouissance du fruit de leur dur labeur ? En agissant ainsi, n’éloignent-ils pas un peu plus les populations de leur chef ?

Outre le non-respect des décrets du président de la République par ces membres du gouvernement, il y a également à noter l’exécution des missions du comité technique qui ne se limite uniquement qu’au constat de la réalisation des objectifs mensuels, administration par administration.

Comment et par qui les objectifs sont-ils assignés aux différentes administrations collectrices ?

Quels sont les moyens mis à la disposition de ces administrations pour les atteindre ?

Comment ces moyens sont-ils utilisés ?

Quelle est l’implication des partenaires sociaux dans le processus d’exécution de la performance dans leur administration respective ?

Voilà des questions qui mériteraient d’être examinées en comité technique mais qui, malheureusement, sont volontairement passées sous silence par le comité de coordination.

Au regard de cette volonté manifeste de faire traîner les négociations et ainsi contrarier les chances d’accalmie dans les régies financières, la FECOREFI a décidé de suspendre sa participation au comité technique et de quitter la table des négociations, afin de ne pas être la caution de cette forfaiture contre la réelle volonté d’accalmie et de sérénité dans les régies financières du président de la République, chef de l’Etat.

Sylvain Ombindha Talheywa 3 (Porte-parole de Fecorefi)

 

 

 

 

Article du 3 août 2021 - 8:10pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !