Révision du Code civil : Paul Marie Gondjout à rebours des traditionnalistes

Par Elzo MVOULA / 25 mar 2021 / 0 commentaire(s)
Paul Marie Gondjout au milieu des femmes.

Alors que plusieurs hommes sont vent debout contre certaines modifications apportées au Code civil, notamment celles où l’époux n’est plus le chef de la famille au Gabon, le cadre de l’Union nationale, lui par contre, salue l’égalité désormais consacrée entre l’homme et la femme.

Fini le rôle de chef de famille de l’époux ; fini le droit laissé jusque-là à l’époux de choisir seul la résidence familiale ; finie l’obligation de notifier au mari l’ouverture d’un compte par la femme ; fini le monopole de l’administration légale des biens d’un mineur non émancipé par l’époux seul ; fini, fini, fini, fini...de chez fini. Désormais, tout ou presque se fait à deux. Autrement dit, pour toute décision, l’homme ne doit plus décider seul mais devra recueillir l’accord de la femme avant d’agir. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres du mardi 23 mars 2021.

Si ces modifications ont provoqué, à travers les réseaux sociaux, une levée de boucliers des internautes, lui, Paul Marie Gondjout « salue le projet de modification du Code civil dans tous ses aspects proposés par la Garde des Sceaux ministre de la Justice en Conseil des ministres ce mercredi 23 mars 2021 ». Pourquoi ? L’époux de Chantal Myboto épouse Gondjout y va de son antienne : « Lutter contre les violences multiformes faites aux femmes est un impératif de société.Il faut soutenir cette lutte par une réelle affirmation de la loi. De même, il est logique que dans le cadre de l’égalité homme-femme prônée dans cette modification du Code civil, les articles sur le mariage soient dépoussiérés de leurs aspects rétrogrades. Ils doivent être adaptés à l’évolution de notre société ».

Au-delà de ce point de vue, les questions ne manquent pas. Notamment, la plus-value de ces modifications par rapport au fonctionnement de la société gabonaise actuellement ? Si l’objectif louable des tenants du pouvoir était de tenir compte de la place de la femme dans notre pays, il n’y aurait pas été judicieux de poser clairement le problème de la parité dans les différents organes de décision de la République?

 

Elzo MVOULA

Article du 25 mars 2021 - 11:13am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !