Sanctionné par la HAC pour avoir écrit que « Ali Bongo perd la boussole » 7jours infos se tape une publicité inespérée

Par Brandy MAMBOUNDOU / 10 jan 2022 / 0 commentaire(s)
Le titre de la UNE de l'article incriminé.

Désormais, ce site d’informations en ligne est hissé au rang des médias « indépendants » et « sérieux ». Tant, en l’interdisant pour un mois, la Haute autorité de la communication (HAC) vient de lui donner davantage de visibilité ; alors même que depuis son Palais, Ali Bongo Ondimba n’en a visiblement cure de ce qui est dit ou écrit contre lui. 

Nous sommes le mardi 04 janvier 2022. Ce jour-là, 7jours infos - un site d’informations en ligne qui cartonne actuellement au Gabon grâce à son culot doublée de son audace à décrire les faits et à analyser les évènements avec « ses mots » et « sa sensibilité » - publie un article au titre évocateur « Gabon : Ali Bongo perd la boussole et son comportement le prouve chaque jour un peu plus ».

Deux jours plus tard, jusque-là aphone et engluée dans des interminables palabres de gouvernance, la Haute autorité de la Communication (HAC) a suspendu ce média pour un mois. Et pour cause, pointent les membres de la HAC, à travers ce titre perle « une injure faite non seulement à la personne d’Ali Bongo Ondimba mais également, constitue une offense à l’institution du président de la République ». Pas que ! 

D’autres phrases contenues dans ce papier ont suscité la colère du gendarme des médias. C’est le cas de celles-ci : « il devient de plus en plus difficile d’appliquer une logique cohérente aux actions d’Ali Bongo. Il est malade, il ne suit pas les raisonnements politiques, économiques ou sociaux des analystes, fonctionnaires. La supposée logique de ses actions est toujours reconstituée après coup, dans de tortueuses explications qui en fait n’ont aucune rationalité véritable. Bien-sûr, puisqu’Ali Bongo est malade et qu’il délire. Tout est permis puisque c’est ainsi qu’il ne s’est pas développé normalement. Rien n’est normal dans la gestion de l’Etat par un Ali Bongo empreint de séquelles post traumatiques l’empêchant de gouverner un pays ».

Si à la présidence de la République, l’une de nos sources dit « ne rien comprendre à la logique des sanctions des médias, surtout par rapport à la fonction présidentielle, une action contre-productive et aux conséquences indéniables en termes de l’image de notre pays vis-à-vis de l’étranger ; tout en laissant le soin à chacun devant son éducation », dans les salons feutrés, on évoque le coup de pouce de la HAC en direction de notre confrère 7jours infos. « Grâce à la sanction à lui infligée par la HAC, ce journal en ligne va cartonner. C’est un signe qu’il est dans le vrai », estime Arielle M. diplômée en Communication. 

Au reste, pour bon nombre des observateurs, depuis son Palais, Ali Bongo Ondimba n’a cure de tout ce qui est dit ou écrit sur lui. Donc cette sanction ne servirait à rien d’autres que d’amuser la galerie. 

Question : la mission exclusive de la HAC est-elle de sanctionner les journaux ?   

Nicolas NDONG ESSONO

Article du 10 janvier 2022 - 3:16am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !