Scandale de pédophilie dans le football gabonais : Et si « Capello » n’était que l’arbre qui cache la forêt ?

Par Brandy MAMBOUNDOU / 19 déc 2021 / 0 commentaire(s)
Capello, connaîtra-t-on la vérité sur cette affaire?

L’information a fait, vendredi 17 décembre 2021, l’effet d’une bombe. Patrick Assoumou Eyi, connu sous le pseudonyme de « Coach Capello », ex-sélectionneur des moins de 17 ans et actuel dirigeant au sein de la ligue de football de l’Estuaire, est fortement cité dans un scandale de pédophilie, au sein du football gabonais et où la Fédération gabonaise de football est particulièrement pointée du doigt.

« Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales, mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive », nous enseignent les Saintes Ecritures. Les informations du quotidien britannique « the Guardian » relayées vendredi dernier sur Radio France Internationale (RFI), aussitôt repris en boucle par plusieurs médias gabonais et étrangers, n’ont point laissé indifférentes les autorités gabonaises sur les cas graves de pédophilie ayant cours dans le milieu du football au Gabon. Contrairement à la volonté de la Fédération gabonaise de football (Fégafoot), qui souhaiterait une enquête interne en son sein et pour plus de crédibilité, le gouvernement gabonais entend aller plus loin en ouvrant une information judiciaire pour que la lumière soit faite sur ces révélations.

Il va sans dire qu’en plus de l’ouverture d’une poursuite judiciaire, selon le ministre des Sports, Franck Nguema, qui est monté au créneau pour condamner ces actes de pédophilie, a laissé entendre que plusieurs mesures seront prises à l’encontre de l’indélicat s’il est effectivement prouvé ce qui lui est reproché. Il est aussi à signaler que Coach Capello est l’actuel directeur technique de la Ligue de football de l’Estuaire. Attaché directement à la direction technique nationale, il officiait, en ces qualités, à la Fégafoot. Mais l’instance du football gabonais nie totalement toute collaboration avec le mis en cause : « A notre connaissance, Patrick Assoumou Eyi n’a pas d’équipe et n’est nommé pour diriger aucune équipe nationale au Gabon », aurait déclaré un responsable de la Fégafoot.

Selon les premières informations diffusées sur la chaîne française « France 24 », Coach Capello qui aurait certes abusé de plusieurs centaines de jeunes garçons, ne serait pas le seul dans cette prédation sexuelle : « Il aurait d’ailleurs fourni d’autres joueurs mineurs à des personnalités du football gabonais », a déclaré le journaliste Romain Molina, auteur de l’enquête qui a révélé le scandale. Plus d’une quinzaine de personnalités seraient aussi concernées dans cette affaire.

D’ailleurs, certains témoignages insinuent que si le scandale n’a été mis au grand jour que le 17 décembre 2021, ce n’était en vérité qu’un secret de polichinelle. A la Fédération gabonaise de football, cette pratique serait connue de longue date. Selon les déclarations de Romain Molina, « tout le monde est au courant, ce n’est qu’un secret de polichinelle au Gabon. D’ailleurs, en 2018, l’actuel président de la fédération avait évoqué le problème de la pédophilie dans le football gabonais. La fédération avait promis des enquêtes qui n’ont pas eu lieu. Et il faut se demander pourquoi elle avait tant à cacher ces affaires de pédophilie... ».

Ce qui revient à reconnaître clairement que si Patrick Assoumou Eyi est aujourd’hui au centre de ce scandale, d’autres dirigeants du football gabonais et certainement d’autres personnalités pourraient être décelés dans les jours à venir. Car, Coach Capello ne serait que l’arbre qui cache la forêt, il n’agissait pas isolément. Il se pourrait qu’un vaste réseau de pédophiles gîterait à la Fédération gabonaise de football. Car Romain Molina a révélé que d’autres personnalités, dans le monde du football gabonais auraient profité du réseau mis en place par Capello. « Notre enquête a fait bouger les lignes. Les langues se délient au Gabon et d’autres sont prêts à parler désormais », a-t-il fait savoir.

Cette affaire de pédophilie dans le football au Gabon est l’un des plus gros scandales au sein d’une fédération sportive. C’est le courage des victimes qui permettra, petit à petit, de venir à bout de tous ces prédateurs sexuels qui détruisent la vie des jeunes sportifs. D’après certaines victimes qui se seraient confiées à the Guardian, s’ils n’ont pas parlé depuis ce temps, c’est tout simplement parce qu’ils n’avaient pas confiance à la justice gabonaise. Et Romain Molina de prévenir : « Ce n’est que le premier volet. Des gens au sein de la fédération sont impliqués, Patrick Assoumou Eyi n’est que l’arbre qui cache la forêt ». Le prochain volet, s’il est publié, pourrait remonter jusqu’au sommet de l’Etat gabonais. Le ministre des Sports a d’ailleurs déclaré que : « Pour le chef de l’Etat, c’est une affaire très grave. Toute la lumière sera faite sur ces abus dans le sport gabonais ». Une série de scandales donc en perspective.

Nicolas NDONG ESSONO

Article du 19 décembre 2021 - 9:17pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !