Sommet de l'AES à Niamey : les chefs d'État saluent les « résultats probants » contre le terrorisme

Par Brandy MAMBOUNDOU / 07 juil 2024 / 0 commentaire(s)

 

Les présidents du Burkina Faso, du Mali et du Niger réunis à Niamey ce samedi, 6 juillet 2024, pour le premier sommet de l'Alliance des États du Sahel (AES), ont salué les « résultats probants » obtenus en « si peu de temps » dans la lutte contre le terrorisme, notamment grâce à la mise en place d'une force conjointe et à l'autorisation de droits de poursuite sur leurs sols respectifs.

L'organisation de ce sommet, quelques jours avant celui de la CEDEAO, a été perçue comme un message fort dans les pays membres de cette organisation sous régionale. Les chefs d'État de l'AES ont réaffirmé leur volonté de « s'unir davantage pour assumer leur destin commun ».

Le président burkinabè, Ibrahim Traoré, a dénoncé l'exploitation des richesses minières des trois pays par des multinationales « au détriment des populations ». Il a plaidé pour une « meilleure répartition des ressources » et a annoncé que l'AES allait s'étendre à d'autres secteurs, tels que les finances, l'économie et l'éducation.

A son tour, le président de la transition malienne, Assimi Goïta, a affirmé que « le terrorisme a reculé de façon indéniable » grâce à l'action de l'AES. Il a salué la « reddition des nombreux groupes terroristes » et a estimé que « la peur a changé de camp ».

Les trois chefs d'État ont réitéré leur volonté de créer une confédération, avant de passer à une fédération. Ils ont aussi annoncé des investissements dans l'agriculture et les industries.

Le Niger salue le soutien de ses alliés

Le général de brigade Abdrahamane Tiani, président du Niger, a remercié ses homologues burkinabè et malien pour leur soutien face aux menaces de la CEDEAO. Il a qualifié l'AES de « rempart contre tous les projets d'agressions » des États membres de la CEDEAO.

Cependant certains observateurs ont vu dans la création de l'AES une volonté des trois pays de se distancier de la CEDEAO. Cet « auto-ostracisme » est jugé inefficace dans la lutte contre le terrorisme.

Enfin, ce premier sommet de l'AES a été marqué par un message fort d'unité et de détermination pour les trois pays membres.

Hamadoun Alphagalo (de notre correspondant permanent au Mali)

 

Article du 7 juillet 2024 - 3:29pm
Article vu "en cours dév"

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !