Tension permanente à la mairie centrale de Libreville : Partenaires sociaux et cadres en discussions sur les points d’achoppement

Par Brandy MAMBOUNDOU / 24 fév 2022 / 0 commentaire(s)
Une vue de la rencontre d'hier à l'hôtel de Ville de Libreville.

Il n’y a pas bien longtemps, la mairie de Libreville était arrivée à redorer son blason, constamment terni par des inconséquences de tous ordres. Aujourd’hui, cette mairie est constamment secouée par des crises multiformes, allant des édiles aux agents municipaux. En tout cas, il y a bien un bon moment que la mairie ne fait plus rêver. En tout cas, pas pour ses cadres.

A l’hôtel de ville de Libreville, tous les garde-fous, naguère usités pour filtrer les recrutements, n’ont guère fait long feu. Des fonctionnaires, venus d’autres administrations, sont préférés à des postes de responsabilité au détriment des cadres de l’institution. Une pratique qui fait jaser plus d’un cadre-maison. Devant cet état de chose, le mercredi 23 février 2022, partenaires sociaux et responsables de l’hôtel de Ville de Libreville se sont réunis pour trouver ensemble des stratégies quant à la situation « critique » que traverse cette institution depuis quelques temps.

En effet, le climat n’est plus au beau fixe entre l’autorité municipale et les leaders syndicaux de l’hôtel de ville de Libreville. Et cela, malgré la main-tendue, à plusieurs reprises des partenaires sociaux qui souhaitent trouver des solutions idoines aux différents maux qui gangrènent au sein de l’institution. À entendre les représentants du personnel et les responsables de la maison, les politiques seraient à l’origine du mal. «Parmi les maux qui minent l'institution, il y a d’abord la mauvaise gestion des ressources humaines. Il faut reconnaître que cette gestion est des plus chaotiques. Aujourd'hui, il y a beaucoup plus de personnes, principalement des fonctionnaires externes qui sont nommés à des postes de responsabilité, même sans expertise avérée. Il y a même des étudiants qui sont bombardés à des fonctions de conseiller. Or, en principe, les nominations et engagements sont encadrés par des textes. Vous voyez qu’à cause de toutes ces dérives l'administration va dans tous les sens. Il est question pour nous aujourd'hui d'appeler les autorités à comprendre qu'il y a des cadres qui sont des agents municipaux de carrière et que les postes de l'administration municipale doivent d'abord être occupés par les agents de la maison », a fustigé, Joe Fred Madouta, président du syndicat des agents de la mairie de Libreville (Syaml) lors d’un entretien accordé à Gabonclicinfo.

Fort de ce qui précède, une grande assemblée générale décisionnelle est prévue pour ce vendredi 25 février 2022 lorsqu’il sera 14 heures. Que vont-ils décider les syndicalistes ? Wait and see.

Nicolas NDONG ESSONO

Article du 24 février 2022 - 12:54am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !