Éducation nationale : Une incertitude sur la tenue des examens de fin d’année

Par Brandy MAMBOUNDOU / 26 avr 2022 / 0 commentaire(s)
L’incarcération de Jean Remy Yama pourrait remettre en cause la tenue des examens de fin d’année.

Les syndicats de l’Education nationale pourraient se faire entendre dans les jours à venir, singulièrement avant la fin de l’année scolaire. L’incarcération de Jean Rémy, dont la libération serait une condition pour la tenue des examens de fin d'année serait une des exigences des syndicats de l’Education nationale.

Depuis l'arrestation de Jean Rémy Yama, les syndicats du secteur de l’Education nationale, dont les relations avec la tutelle ont toujours été tendues depuis près d’une décennie, pourraient se dégrader davantage avant la fin de cette année scolaire. Pour preuves, les appels à la mobilisation des membres de Dynamique Unitaire (DU), qui exigeraient la libération de leur leader à la suite de son arrestation qu'ils qualifient d'arbitraire. Ainsi pour les examens de fin d'année, notamment la tenue du Baccalauréat, les acteurs de l'enseignement pourraient mettre la libération de leur collègue sur la balance au risque de perturber le bon déroulement des examens.

Il ne reste donc plus que quelques deux mois pour décider de la bonne tenue ou non du baccalauréat. Un examen d'une importance capitale qui ouvre les portes de l’enseignement supérieur à des milliers des jeunes. En cause, l'incarcération du leader syndical de Dynamique Unitaire Jean Rémy Yama, qui pourrait être une principale revendication des enseignants.

« L'arrestation du Président Jean Rémy Yama a été arbitrairement orchestrée par les autorités qui veulent freiner l'action des enseignants. Il est clair que si le Président est détenu jusqu'à la veille de la tenue des examens particulièrement du baccalauréat, les enseignants pourraient perturber la bonne tenue de cet examen. Nous savons que c'est une action qui ne servira pas nos enfants, mais à un moment c'est au gouvernement de prendre des dispositions pour que cela n'arrive pas ». A confié un enseignant.

Le gouvernement gagnerait ainsi à libérer Jean Rémy Yama pour éviter un bouleversement des examens, surtout lorsqu’on sait que la sérénité dans le secteur éducation ne tient qu’à un fil.

Dess BOMBE

Article du 26 avril 2022 - 11:42pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !