Gabon : « Nous pensons objectivement que rien ne s’oppose à ce que les enseignants reprennent le chemin de l’école »

Par Brandy MAMBOUNDOU / 05 sep 2022 / 0 commentaire(s)

 

Ainsi tranche Fridolin Mve Messa, par rapport à la reprise des cours ce lundi. Dans l’interview ci-après, le leader du Sena estime que « le démarrage de l’année scolaire 2022-2023 le 5 septembre 2022, est en harmonie avec cette dynamique et nous semble bien indiqué ». Lecture !

Gabonclic.info : Êtes-vous d’accord pour la reprise des cours aujourd’hui ?

Fridolin Mve Messa : Le Syndicat des enseignants de l’Éducation nationale (SENA), partenaire du ministère de l’Éducation nationale, a toujours œuvré pour le mieux-être éducatif. C’est pourquoi sa proposition d’arrimer le calendrier scolaire avec celui des autres pays, notamment frontaliers, a été prise en compte par la tutelle. En clair, le démarrage de l’année scolaire 2022-2023 le 5 septembre 2022, est en harmonie avec cette dynamique et nous semble bien indiqué, même si on relève un certain retard à l’allumage, du fait que tous les détails n’ont pas été réglés.

Pensez-vous que le ministère a bien préparé la rentrée des classes ?

Du constat fait, il apparaît clairement, comme nous l’avons dit plus haut, que certains détails restent encore à affiner pour une reprise aisée des cours, notamment la publication des affectations et des mutations des agents, la nomination des responsables d’établissement et d’administration. On peut également relever un aspect positif, la publication des orientations des classes de 6ème, la poursuite du processus de construction scolaire pour résorber le déficit et diminuer la taille des classes. Au vu de ce qui précède, on note que beaucoup d’efforts ont été faits pour une rentrée des classes effective à date, même si malheureusement tout n’a pas été fait pour cela.

Les enseignants sont-ils prêts à reprendre les cours dans les conditions actuelles ?

Au niveau du SENA, nous pensons objectivement que rien ne s’oppose à ce que les enseignants reprennent le chemin de l’école et des salles de classe. Hormis les revendications corporatistes, qui sont prises en charge par les syndicats, chacun a le devoir de rejoindre son poste d’affectation et reprendre du service à la date indiquée par l’administration. Toutefois, le SENA tient à ce que cette rentrée du 05 septembre se fasse dans de bonnes conditions tout en se réservant le droit de prendre ses responsabilités en cas de manquement observé.

Propos recueillis par Constant Mavoungou

Article du 5 septembre 2022 - 6:29am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !