Gabon : La réalité du terrain est autre pour le PDG !

Par Nicolas NDONG ESSONO / 28 avr 2022 / 0 commentaire(s)
La foule aux soties du PDG ne signifie pas adhésion à la politique du DCP

Si la force de mobilisation du parti au pouvoir correspondait réellement au degré d'adhésion des populations à sa vision, ses candidats naturels aux élections présidentielles n'auraient pas besoin de manigances pour conserver le pouvoir.

Ouf ! On a enfin terminé avec la célébration en différé du 54ème anniversaire du Parti démocratique gabonais (PDG), au pouvoir depuis sa création le 12 mars 1968. Un évènement qui a occupé l'actualité politique depuis plus d'un mois. La primeur lui étant accordée dans les médias audiovisuels publics, en violation des principes républicains qui prônent le pluralisme politique.

Que retenir de ces grandes messes ? Pas grand-chose, sinon les enseignements habituels qui tournent autour du goût effréné des apparences, la manifestation des intrigues entre camarades, les traditionnels achats des consciences des citoyens non militants du PDG, les intimidations et autres menaces, etc.

Toutes choses qui montrent que le PDG est loin de susciter l'adhésion de la majorité des Gabonais. De Libreville à Oyem, en passant par Franceville, Lambaréné, Mouila, Makokou, Tchibanga, Koula-Moutou et Port-Gentil, on a assisté à la mobilisation de ce que la clameur populaire appelle « de la peur et du besoin ». Dans tous les cas, les résultats des précédents scrutins, surtout depuis qu’Ali Bongo Ondimba a pris les rênes du PDG, devraient plutôt appeler à la vigilance dans les rangs ''pédégistes''.

En effet, en 2009 et davantage en 2016, le PDG et ses alliés n'avaient pas d'égal en termes de mobilisation de gadgets de campagne. Partout où son candidat Ali Bongo Ondimba est passé, les places des fêtes où se tenaient ses meetings refusaient du monde. Surtout dans l'Ogooué-Maritime, le Woleu-Ntem et dans l'Estuaire où les jours de meetings, les recrutements des masses se faisaient même dans les administrations et les entreprises installées dans la circonscription... Mais au finish, le candidat du pouvoir n'a pas obtenu les résultats escomptés. Pire, Ali Bongo Ondimba a été battu à plate couture par ses challengers. C'est dire !

Au regard de ces expériences, les managers du candidat du pouvoir devraient accentuer leur réflexion pour trouver les meilleurs arguments pouvant susciter l'adhésion autour de la candidature de leur ''champion'', au lieu de s'accrocher aux apparences qui ont déjà montré leurs limites. A moins de compter encore sur la force qui a pour conséquence d'attirer des malheurs dans les rangs du PDG et de sa majorité...

Cela est d'autant plus vrai que dans l'opposition (qui se réveille enfin), on l'a compris et on tient à sensibiliser les populations quant à la nécessité de ne pas se laisser intimider par ces mobilisations en trompe-l’œil, car elles sont à rebours de la réalité du terrain. C'est le sens à donner à l'intervention du président des ''Démocrates'', Guy Nzouba Ndama, lors des journées parlementaires de l'opposition samedi à Lambaréné. Un rendez-vous qui a réuni également Barro Chambrier et Paulette Missambo.

Vichanie Mamboundou

 

Article du 28 avril 2022 - 11:32am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !