Gabon : Gérard Ella Nguéma redoute une élection non transparente

Par Brandy MAMBOUNDOU / 20 jan 2023 / 0 commentaire(s)
Gérard Ella Nguéma, le président du Front patriotique gabonais.

Le jeudi 19 janvier 2023, Gérard Ella Nguéma, le président du Front patriotique gabonais (FPG) et président en exercice du groupement politique « la Troisième voie », deux forces politiques se réclamant du centre, est sorti du bois, après sa sortie médiatique du 14 janvier à Libreville. Au cours de cette rencontre avec les hommes et femmes des médias, l'homme politique a tenu à marquer son étonnement, quant à la rapidité de la convocation du nouveau bureau du Centre gabonais des élections (CGE), par Lambert Noël Matha, ministre de l’Intérieur.

Ella Nguéma déplore l’attitude de Matha

Dès sa prise de parole, celui qui réapparait régulièrement sur les réseaux sociaux, n’a pas manqué de marquer son mécontentement quant à la convocation des partis politiques pour élire un nouveau bureau. Ce, alors même que le même ministre serait resté muet lors des différentes interpellations des partis politiques de l’opposition et de la société civile. Il estime que le Lambert Noël Matha aurait dû attendre la concertation politique promise par le président de la République, Ali Bongo, lors de son discours à la nation du 31 décembre, avant de se lancer sur la question du CGE. Pour tenter de freiner l’empressement du ministre d’Etat, Gérard Ella Nguéma invite les partis politiques de l'opposition à rejeter l'invitation de celui-ci au sujet du renouvellement du bureau du CGE.

Une subvention des partis politiques jugée « illégale »

Tout au long de son discours, le président du FPG s’est offusqué sur le fait que le gouvernement voudrait faire porter la souffrance des populations en général et particulièrement celles du Haut-Ogooué par l'opposition suite à l'attribution de la subvention des partis politiques. Mieux, il entend remettre sa part au ministère de l'Intérieur. Sans exclure ce qu’il qualifie de « mauvaise réparation » des fonds entre les partis politiques « fictifs » et ceux légalement constitués et ayant des élus sur tout le territoire national. Gérard Ella Nguéma a cité plusieurs formations politiques à l’instar du regroupement de 12 partis de l’opposition dénommé la Ligue panafricaine et patriotique de défense de la souveraineté (Lippades) qui vient de voir le jour et qui aurait reçu la coquette somme de « 30 millions », alors qu’il est nouvellement créé.

Reste maintenant à savoir si son message passera avec une opposition qui commence déjà à présenter des difficultés, non seulement à s’unir concrètement, mais aussi à porter un candidat consensuel à une l’élection présidentielle, dont le nombre de votants laisse souvent à désirer.

Elzo Mvoula

Article du 20 janvier 2023 - 7:57pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !