Gabon : Paulette Missambo déplore la situation critique des populations de l’Ogooué-Maritime

Par Brandy MAMBOUNDOU / 23 jan 2023 / 0 commentaire(s)
Paulette Missambo, présidente de l'Union nationale.

 

Le week-end dernier, Paulette Missambo, présidente de l'Union nationale (UN) était dans la province de l'Ogooué-maritime, plus précisément dans le département de Bendje. Là-bas, la figure de proue de ce parti n'a pas manqué de déplorer les mauvaises conditions de ses concitoyens avant d'inviter les uns et les autres à rester concentrés surtout à quelques mois des élections se profilent à l'horizon.

Sans langue de bois, l'ancienne ministre de l'Education nationale, sous l'ère d'Omar Bongo, n'a pas manqué de s'offusquer quant à la misère qui sévit dans la huitième province du pays, après la chute du coût du prix du baril de pétrole et les fermetures des sociétés qui ont directement suivi. À cela, il y a le manque d'infrastructures, sans exclure des investissements qui, aujourd'hui semblent plongés dans un oubli total pour ne pas citer l'aéroport International « Ali Bongo Ondimba » et le stade baptisé au nom de Michel Essongué.

À cela s'ajoute « une route de 95 km devant relier Port Gentil à Omboué et dont le coût s'élève à plus de 350 milliards de francs CFA, mais qui ne peut être ouverte à la circulation, parce que le gouvernement est incapable de bitumer les 5 km qui permettraient d'y accéder », a-t-elle étalé. Il en va de même dans le secteur de l'économie. Pour Paulette Missambo, la situation serait toujours aussi précaire dans cette ville pétrolière ou aucun projet économique alternatif n'aurait été mené, entraînant de facto un chômage sans précédent. Elle n'a pas oublié les inondations qui seraient désormais le quotidien là-bas.

Malgré les difficultés auxquelles sont confrontés ses concitoyens dans cette partie du Gabon, l'Union nationale (Un) invite ces derniers à ne pas perdre espoir, mais plutôt à les rejoindre pour parvenir à l'alternance qui conduirait à un probable lendemain meilleur. « Je veux vous inviter à rester fidèles aux valeurs de solidarité, de liberté de travail. Je nous exhorte à agir, collectivement et individuellement, avec patriotisme, dans la transparence et la justice », a-t-elle avancé. Ne mettant pas de côté les confessions religieuses, la société civile et toutes les forces vives de la nation à rejoindre son combat.

Voilà qui est dit. Reste maintenant à savoir si cet appel aura un écho favorable auprès de cette couche de la population, qui semble jetée aux oubliettes depuis plusieurs décennies.

Elzo Mvoula

Article du 23 janvier 2023 - 8:21pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !