Mairie de Libreville : L’opposition décide de prolonger la souffrance d’Eugène Mba.

Par Brandy MAMBOUNDOU / 18 juin 2021 / 0 commentaire(s)
En décidant de saisir le Conseil d'Etat, les opposants au conseil municipal de Libreville se font les alliés des bourreaux d'Eugène Mba.

En annonçant son intention de saisir le Conseil d’Etat aux fins de faire annuler la session extraordinaire du conseil municipal tenue ce 17 juin, au cours de laquelle Eugène Mba a confirmé sa démission du poste de maire de Libreville, les conseillers municipaux de l’opposition prolongent « la difficile épreuve psychologique » que l’édile subit depuis un mois déjà et dont il s’est ouvert aux conseillers municipaux. Le retour de la sérénité à l’Hôtel de ville n’est donc pas pour demain. Et si les opposants laissaient les tenants du pouvoir dans leurs bisbilles ?

Les conseillers municipaux de l’opposition ont tout à fait raison de dénoncer « une violation flagrante de la loi ». Aucune disposition de la loi sur la décentralisation n’autorise la tutelle, en l’occurrence la gouverneure de l’Estuaire, Marie Françoise Dikoumba, à convoquer une session extraordinaire du conseil municipal en lieu et place du maire en fonction, fût-il démissionnaire. Elle aurait dû se contenter de rendre publique la démission qu’Eugène Mba lui a remise le 26 mai et laisser les choses suivre leur cours normal. En conséquence, si l’opposition saisit effectivement le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative devrait accéder à sa requête et annuler la session de ce 17 juin.

Cependant, une victoire de l’opposition au Conseil d’Etat ne fera que prolonger la souffrance de l’édile démissionnaire et freiner le fonctionnement de l’Hôtel de ville, qui commençait à se remettre de la période tumultueuse liée au placement en détention préventive du maire Léandre Nzué. Et pourtant Eugène Mba, conformément à sa réputation d’homme humble, a promis de reprendre tranquillement sa place de conseiller municipal.

Si l’opposition obtient gain de cause au Conseil d’Etat, il reviendra au maire de convoquer une session extraordinaire du conseil municipal soit pour se soumettre au même exercice pénible de confirmation de sa démission, soit pour l’élection de son successeur. Il est peu probable qu’Eugène Mba revienne sur sa démission. Tout comme il est peu probable que les conseillers municipaux du Parti démocratique gabonais (PDG), les plus nombreux, rejettent la démission de l’édile. Haut cadre du PDG, Eugène Mba a lui-même insisté sur la discipline au sein du parti, dont il veut privilégier « la cohésion ». Il ne lui échappe pas que la hiérarchie du PDG a déjà bouclé le tour de table sur le choix du candidat à sa succession.

Sauf à s’allier aux bourreaux d’Eugène Mba, l’opposition pourrait se contenter d’avoir fait constater la violation de la loi et laisser les tenants du pouvoir régler leurs problèmes. Il y a beaucoup de non dits dans cette affaire, que le maire démissionnaire, connu pour sa pudeur, a préféré résumer par la formule « les aléas de la vie politique ».

Brandy MAMBOUNDOU                                                                                                         18/06/2021

Article du 18 juin 2021 - 11:08am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !