Covid 19 : Le couvre-feu à 18 heures devient un calvaire pour la population.

Par Vichanie MAMBOUNDOU / 12 mai 2021 / 0 commentaire(s)
Le couvre-feu à 18 heures commence à à avoir un énorme coût social et économique.

La mesure du couvre-feu à 18 heures, prise par les autorités en vue de lutter contre la propagation du coronavirus, commence à devenir une véritable source de calvaire pour les populations.

Etant donné l’heure de début du couvre-feu, tout le monde est obligé de rentrer au même moment. Dans une ville de Libreville où les habitants avaient déjà du mal à se déplacer en temps normal à cause de l’insuffisance des transports en commun, il en résulte une cohue aux arrêts de bus. Cette situation est à l’origine d’une forme d’insécurité dans la mesure où elle profite aux pickpockets.

L’obligation de rentrer tôt donne également lieu à des embouteillages monstres. Comme ceux que l’on peut observer entre le carrefour du camp de Gaulle et l’aéroport international Léon Mba ou entre la base de l’Aviation légère des armées et le rond-point de la cité des Ailes. Il n’est un secret pour personne que les embouteillages ont des conséquences non seulement sur le moral des citoyens, mais aussi sur les véhicules. Chez les citoyens, ils provoquent l’impatience et le stress. Gare aux maladies y liées !

De plus, les automobilistes sont frappés au portefeuille. Les embouteillages causent une augmentation de la consommation de carburant. Sur les automobiles, les embouteillages occasionnent une usure rapide des plaquettes de freins. Les transports en commun le font payer à leurs clients en augmentant les tarifs. Ceux qui n’ont pas assez de moyens font une partie du parcours, sinon la totalité, à pied.La marche est également l’option des Librevillois qui ne peuvent pas supporter l’attente interminable des transports en commun.

De temps en temps, des agents des forces de défense et de sécurité s’improvisaient transporteurs avec leurs véhicules privés, afin d’alléger le calvaire des populations. Mais aussi, évidemment, d’arrondir les fins de mois. Seulement, leur ministère de tutelle vient de les sommer de mettre un terme à cette acticité parallèle.

L’heure de début du couvre-feu a, par ailleurs, des répercussions sur la rentabilité et la productivité. Les banques, par exemple, ferment désormais à 14 heures, alors que, traditionnellement, elles tiraient les rideaux à 16 heures ou 16 h 30. Les établissements scolaires arrêtent à 15 heures, alors que les cours allaient jusqu’à 17 h 30 dans certains lycées et collèges de la capitale.

Ne serait-il pas temps pour les autorités de revoir cette mesure, à cause des coûts social et économique ?

 

Dess BOMBE

Article du 12 mai 2021 - 10:19am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !