Gabon : Le don de toutes les interprétations des députés de la Nyanga au Centre hospitalier régional Benjamin Ngoubou

Par Brandy MAMBOUNDOU / 02 sep 2021 / 0 commentaire(s)
Incapables de bien contrôler les actions du gouvernement pour un bien-être collectif, Les députés de la Nyanga optent pour les dons.

Alexis Boutamba Mbina, le concepteur de cette opération devrait se mordre les doigts. Sa trouvaille, avec du recul, est classée au titre des erreurs politiques. Ni plus ni moins, elle a consisté à montrer les limites d’un régime incapable de concevoir un système de santé de qualité. Naturellement, l’opposition boit du petit-lait !

C’est vrai, personne ne peut cracher sur ce cadeau ! C’est normal qu’une fois en passant, les citoyens d’une contrée se réunissent pour offrir un don aux plus nécessiteux ; c’est logique que les enfants d’une même Nation, malgré leur différence idéologique, parlent d’une même voix… on peut donc énumérer plusieurs exemples de ce type. Sauf que là, nous sommes en politique. Et dans cette veine, tout acte revêt un caractère symbolique et politique.

Ici, il s’agit des élus du peuple. Pour dire simple, un député est un parlementaire qui, à l'Assemblée nationale, participe au travail législatif et au contrôle de l’action gouvernementale. Voilà ! Il n’a pas vocation à construire les routes, les écoles et offrir les dons. S’il le fait, c’est qu’il ne fait pas bien son travail de contrôle de l’action du gouvernement à l’Assemblée nationale ; s’il le fait, c’est que la politique menée par le pouvoir en place est défaillante.

Du coup, en cotisant à hauteur de 2 millions de Fcfa chacun, les députés (opposition et majorité) de la Nyanga ont acheté un important lot de produits pharmaceutiques pour le Centre hospitalier régional Benjamin Ngoubou de Tchibanga. Le don a été remis au bénéficiaire le vendredi 20 août 2021. Sauf que le diable étant dans le détail, cet acte se révèle une faute politique. Pourquoi ?

Dans une République où la bonne gouvernance est aux commandes du fonctionnement de tous les leviers de l’Etat, l’accès des populations aux soins de santé devrait aller de soi. Or, dans notre pays, c’est pratiquement un chemin de croix, pour ne pas dire plus. C’est pourquoi, Alexis Boutamba Mbina, en entreprenant ce projet, a conforté l’opposition dans ce qu’elle dit depuis des années : le Gabon est mal gouverné. Tout ceci est du pain béni pour les députés de l’opposition qui pourront se vanter « de suppléer les carences du régime en place » en achetant les médicaments, en lieu et place de l’Etat.

Pis, cette idée, aussi louable qu’elle soit, souffre de beaucoup de carences. Par exemple, comment le député de Mayumba va-t-il expliquer à ses électeurs qu’il a acheté les produits pharmaceutiques à l’hôpital de Tchibanga, alors que le dispensaire de chez lui en est dépourvus ?

Au reste, qu’est-ce qu’il est mieux de faire : du mécénat dans des structures publiques bénéficiant des subventions de l’Etat ou du mécénat dans des structures privées relevant d’associations et d’organisations non gouvernementales ? Bien plus, les députés doivent encore se poser ces questions : qu’est-ce qu’il est plus aisé de faire, contrôler l’action du gouvernement et voter de bonnes lois ou faire des dons dans leurs villages alors qu’ils sont députés de la Nation ? Se refusent-ils donc d’être des représentants du Peuple et se plaisent-ils à être représentants des habitants de la Nyanga ? Tout ceci montre bien que le régime gabonais peine à construire un Etat-Nation et que sa gouvernance est assurément calamiteuse !

Nicolas NDONG ESSONO

Article du 2 septembre 2021 - 10:29pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !