Hôtel Ré Ndama : Les employés dénoncent les manœuvres illégales de la direction générale.

Par Nicolas NDONG ESSONO / 24 mai 2021 / 0 commentaire(s)
Le s agents de l'hôtel Ré Ndama réclament un bonus transactionnel de 48 mois au groupe Wally.

Les délégués du personnel, de même que les leaders des deux syndicats de l’hôtel Wally Ré Ndama, tombent tous d'accord que la direction générale est à l'origine des malheurs des agents.

En effet, alors que tout semblait aller bon train après l'entame des négociations, le 5 mai, l’employeur se serait rendu à l'inspection du travail muni d’un faux procès-verbal pour qu’il puisse procéder à un licenciement d’ordre économique. Sauf que les signatures des représentants des syndicats ne figuraient pas dans le document.

 « Nous dénonçons le comportement malicieux et pernicieux du représentant du P-DG du groupe Wally ainsi que de la direction générale de l'hôtel Ré Ndama. En effet, ces derniers ont sollicité de l'inspection provinciale du travail l'autorisation de licencier en présentant un compte rendu de réunion comme étant un procès-verbal que les partenaires sociaux avaient refusé de signer. Ils veulent mettre ainsi en péril les négociations en cours et envoyer plus de 150 familles gabonaises dans la précarité », a déclaré le président du Syndicat des agents de l'hôtel Ré Ndama (Sahm), Gaëtan Ngaba, au cours de l'assemblée générale organisée ce 22 mai. Non sans prévenir qu’« ils seront donc entièrement responsables des conséquences qui pourraient découler de leur manœuvre obscure ». Avant d'attirer l’attention du président de la République et de la Première ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda.

 « Sur les 12 points des revendications, il faut dire que le point d'achoppement repose sur le bonus transactionnel de 48 mois payable sur le brut. C'est vrai que le Code de travail ne prend pas en compte celui-ci. Qu'à cela ne tienne, ça a toujours été dans toutes les négociations un élément important pour une séparation sans problème », a confié le président du Sahm. Devant cette situation, les employés ont décidé d'accorder un délai de huit jours à l'équipe dirigeante. Passé cette période, ils n'auront pas d'autre choix que d'envahir l'entrée de l’hôtel Radisson d’ici à ce jeudi.

Le 15 avril dernier, les dirigeants du groupe Wally avaient soumis aux partenaires sociaux un projet de licenciement d’ordre économique après des mouvements de protestation du personnel pour dénoncer leur situation de précarité. Un sit-in devant le Radisson avait provoqué le déplacement du ministre du Tourisme, Pascal Houangni Ambouroue, jouant le rôle de médiateur.

 

Nicolas NDONG ESSONO

Article du 24 mai 2021 - 10:19am

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !