Me Paulette Oyane Ondo : « Les Casques bleus de l’ONU en Centrafrique ont commis des crimes »

Par Brandy MAMBOUNDOU / 20 sep 2021 / 0 commentaire(s)
Me Paulette Oyane Ondo.

Après le retrait des militaires gabonais, cette avocate inscrite au Barreau du Gabon, défenseuse des droits de l’Homme, estime que les actes posés à l’extérieur par un contingent reflète parfaitement ses habitudes à l’intérieur de son pays d’origine. Lecture !

Gabonclic.info. Les militaires gabonais qui accomplissaient une noble mission en Centrafrique ont été renvoyés chez eux pour actes immoraux. Notamment les viols sur mineurs de moins de 13 ans. Eprouvez-vous de la honte, en tant que Gabonaise, ou vomissez-vous en portant votre toge d’avocate ?

Me Paulette Oyane Ondo : une pensée Fang dit : « Moane à lere atane, à vole foulou à ne à nda été ». Littéralement cela signifie qu’un enfant agit hors de chez lui exactement comme il agit chez lui. J’invite les gouvernants à réfléchir sur cette pensée Fang, au lieu de parler de honte et de tous les bla-bla de même nature.

D’autre part, ce que les Casques bleus de l’ONU ont fait en Centrafrique ne constitue pas de simples actes immoraux, c’est bien plus que ça : ce sont des crimes. Les Casques bleus ont commis des crimes. Et si on enquête sérieusement, en fonction de l’intention avec laquelle ces crimes ont été commis, il pourrait même s’agir de crime contre l’humanité. Il faut bien savoir que la frontière qui sépare le crime du crime contre l’humanité c’est l’intention et la planification. S’ils ont décidé et se sont préparés à aller violer des fillettes et des jeunes filles, ce ne serait plus un simple crime.

Me Paulette Oyane Ondo, parlons peu mais parlons vrai. Ces jeunes compatriotes envoyés en Centrafrique n'exportent-ils pas ailleurs les mauvais traitements qu'ils subissent au Gabon ?

S’ils subissent des mauvais traitements au Gabon, pourquoi restent-ils militaires ? Il faut exercer un métier par vocation. On n’exerce pas un métier comme si on subissait un supplice.

Concrètement, ne faudrait-il pas introduire dans les programmes de l'Education nationale des chapitres dédiés au respect de l'autre et à la bonne gouvernance ?

La vraie question est de savoir pourquoi il n’y a que les Casques bleus issus de certains pays qui violent les enfants (fillettes ou garçonnets) et les jeunes filles et commettent des homicides ?

Pourquoi les Casques bleus issus des pays reconnus pour leur rigueur ne commettent pas d’exactions ? La réponse à cette question est : « Moane à lere atane, à vole foulou à ne à nda été. »

 

Propos recueillis par Elzo Mvoula

Article du 20 septembre 2021 - 12:14pm

Nombre de Commentaires (0)

Faites un commentaire !